Accueil Sport Les finances au rouge

OS El Kseur

Les finances au rouge

60

Le nouveau promu de la Régionale 1, l’Olympique d’El Kseur traverse une crise financière aiguë au point où les chances d’un bon démarrage de la nouvelle saison semblent compromises. Alors que tout semblait baigner dans l’huile pour cette équipe d’El Kseur avec une préparation qui battait son plein, dans l’espoir de réaliser un bon parcours dans son nouveau plier, les choses paraissent prendre une toute autre tournure puisque l’on vient d’apprendre du président du club Yazid Amirouche qu’il y a réellement péril en la demeure, du fait du manque de moyens financiers. Cette situation n’est pas faite pour arranger les choses d’une équipe qui vient tout juste d’accéder.

Ceci dit, avec les caisses vides et les promesses vaines des pouvoirs publics, le club risque d’entamer la nouvelle saison à plat. Pourtant le président et son staff ont fait toutes les procédures nécessaires pour l’entame d’une belle saison avec le maintien du staff technique, le maintien des meilleurs joueurs de la saison écoulée et le recrutement de bons joueurs venus renforcer l’équipe dans ses trois compartiments. Le président a promis de faire bonne figure et de concurrencer les ténors de cette division puisqu’il a, selon lui, un effectif qui n’a rien à envier aux autres équipes. Il a même nourri l’ambition de jouer carrément l’accession avec le nouveau système de compétition. Mais il s’est retrouvé dans l’incertitude et le président Amirouche n’a pas du tout caché sa colère envers les pouvoirs publics.

Il nous a même déclaré : «Si les moyens nécessaires n’arrivent pas à temps, il y a un grand risque à ce que le club ne décolle pas, car devant cette situation qui menace même le club, on ne peut pas supporter plus. Se retrouvant dos au mur et dans une situation délicate en ce moment de vaches maigres, le président menace même de démissionner dans le cas où il n’y aurait pas de réaction des pouvoir publics pour régler la situation financière. La situation catastrophique que vit le club d’El Kseur actuellement doit inciter le premier magistrat de la commune mais aussi le wali à intervenir pour trouver une solution rapide de financement sinon le club risque de faire l’ascenseur.

«Je lance un appel aux autorités locales pour qu’elles essayent de trouver les solutions à cette situation qui risque de déboucher sur de fâcheuses conséquences. Il est quasiment impossible de rivaliser sur le plan financier avec les autres clubs du même palier qui bénéficient de grandes subventions et en début de saison», a déclaré Yazid Amirouche avant d’ajouter : «À mon avis, il faudra revoir le système d’octroi des subventions pour mettre tout le monde sur le même pied d’égalité et que le meilleur accède. De notre côté, nous avons prouvé nos bonnes intentions envers ce club et les résultats enregistrés jusque-là par l’équipe fanion et les autres catégories et nos bilans positifs sont là pour le prouver». Pour notre part, nous avons appris que le club a saisi par écrit plusieurs sociétés publiques et privées dans l’éventualité d’un sponsoring, mais en vain.

«Quant aux promesses de certains, elles n’ont jamais été tenues à ce jour et ce, malgré nos sollicitations», nous a-t-on fait savoir. Si le l’OSEK est toujours en activité, c’est grâce à l’apport personnel des amis du club, mais ceci ne peut s’éterniser. Pourtant, à El Kseur, il y a des industriels qui pourraient subvenir aisément aux besoins de l’équipe. On se demande d’ailleurs pourquoi ils n’ont pas contribué. Personne ne pourra répondre à cette question. L’un des mordus des Bleus d’El Kseur dira à ce sujet : «C’est vraiment très malheureux pour l’une des villes les plus riches de la wilaya, réputée pour ses zones industrielles.

Mais cet avantage n’a malheureusement pas aidé le club et n’a pas servi d’atout aux responsables qui ont présidé notre équipe par le passé et ceux qui assurent la gestion actuellement et que certains de ces industriels sponsorisent des clubs hors wilaya à l’exemption de l’OSEK». A priori, il est urgent pour tout un chacun qui porte le club dans son cœur d’agir, car cette équipe est le patrimoine et porte-drapeau de la ville mais aussi de toute une wilaya.

Le président lance un cri de détresse au Wali, le P/APW, le DJS, le P/APC et appelle toutes les âmes charitables, les commerçants et les entreprises en particulier implantées dans la commune pour qu’elles viennent en aide à cette équipe qui mérite vraiment tous les honneurs. «Enfin, la balle est dans le camp des pouvoirs publics qui doivent se pencher sérieusement sur ce problème financier à l’effet de renflouer les caisses du club et lui permettre de sortir la tête de l’eau car à vrai dire il y a vraiment péril en la demeure», a conclu le président du club Yazid Amrouche.

Tahar H.