Accueil Sport «Notre discipline est délaissée»

VO-VIETNAM - Kahina Dani, championne du monde en titre

«Notre discipline est délaissée»

344

Kahina Dani, une jeune fille originaire de Megdoul dans la commune de Tirmitine, a réussi à dominer le Vo-Vietnam mondial, en gagnant, deux fois de suite (2018 et 2019), le titre qui fait rêver tous les sportifs.

La Dépêche de Kabylie : Votre dernier titre de championne du monde remonte au mois d’août 2019. Pouvez-vous nous en parler un peu plus ?
Kahina Dani : Ce titre, je l’ai gagné à Binh Dinh, au sud du Vietnam, dans une compétition qui s’est déroulée du 7 au 11 août 2019. L’Algérie est le seul pays africain ayant participé à cette compétition mondiale, qui a regroupé une douzaine d’équipes nationales, comme la France, l’Italie, l’Allemagne, l’Inde, la Russie, la Belarusse, le Vietnam et d’autres issues de nations connues pour le haut niveau dans cet art martial. Lors de la compétition, j’ai livré trois combats dans la catégorie des moins 70 kg contre des Vietnamiennes.

Des athlètes de très haut niveau que j’ai toutes battues. Mais ce n’était pas facile, car elles sont très bonnes, en plus d’avoir été encouragées par leur public. Mais nous aussi nous avons un bon niveau et nous n’avons pas fait le déplacement jusqu’au Vietnam pour revenir les mains vides. Nous avons imposé le respect du Vo-Vietnam algérien. Nous avons participé avec une équipe de trois athlètes et gagné trois médailles d’or et une en argent.

Peut-on connaître votre palmarès, aux niveaux national et international ?
J’ai gagné le titre de championne de wilaya une dizaine de fois et celui de championne d’Algérie quatre fois. Aux niveaux maghrébin, arabe et africain, nous n’avons pas encore participé, car notre Fédération n’a été remise sur pied qu’en 2018. J’ai également gagné le titre de championne du monde deux fois de suite, en 2018 et 2019. Notre Fédération commence à activer. D’ailleurs, nous organiserons le Championnat du monde, en 2020. Nous allons faire de notre mieux pour réussir.

Après avoir gagné ces deux titres mondiaux, avez-vous été encouragée par les autorités du sport national ?
Pour le premier titre, la Fédération de Vo-Vietnam nous a récompensés. On attend une aide et un encouragement de la part de la DJS et l’APW. Nous avons, en tous cas, besoin de soutien surtout que nous allons, en 2020, organiser le Championnat du monde. Donc, on doit bien nous préparer pour ne pas laisser filer l’occasion de monter sur le toit du monde du Vo-Vietnam. Aussi, je tiens à dire que les sports individuels, notamment les arts martiaux, ne sont pas suffisamment encouragés et pris en charge. J’espère que cela changera, car l’objectif est de hisser l’emblème national. Tout l’argent va droit au football, c’est vrai que c’est le sport roi, mais il ne faut pas aussi «tuer» les autres disciplines.

Vos projets d’avenir ?
Déjà, il y a le Championnat du monde de 2020, qui se déroulera chez nous. Donc, le cap est mis automatiquement sur cette compétition. Nous devons dominer et gagner beaucoup de médailles. Nous ferons l’impossible pour gagner le titre et bien sûr, la première place pour l’Équipe nationale. Nous sommes conscientes de la mission qui nous attend et nous travaillerons d’arrache-pied pour honorer le peuple algérien et le Vo-Vietnam algérien. Nous demandons juste de petits moyens et de la considération pour les arts martiaux. C’est vrai que ce n’est pas un sport olympique, mais c’est le drapeau algérien qui sera hissé, si nous réussirons à faire le plein.

Entretien réalisé par H. T.