Accueil A la une «Nous avons l’ambition d’aller gagner»

DJAMEL BELMADI, à propos de la CAN-2019

«Nous avons l’ambition d’aller gagner»

195

C’est un coach national serein et surtout ambitieux qui s’est présenté hier devant la presse pour évoquer la prochaine CAN-2019. Très à l’aise comme à ses habitudes, le sélectionneur national a tenu un discours qui va certainement rassurer les supporters en affirmant sans ambages que l’objectif des Verts à la CAN-2019 en Égypte (21 juin – 19 juillet) est celui de gagner le trophée. « Je ne suis pas de l’avis de ceux qui disent que cette CAN est une transition.

J’avais dit qu’il fallait dans un premier temps se qualifier, avant de se fixer un objectif. Personne ne nous interdit d’être ambitieux. Nous avons l’ambition d’aller gagner cette CAN. Changer de discours est une stratégie, c’est ma manière de fonctionner, mais je ne garantis rien. Nous allons tout faire pour y parvenir. Nous avons le droit de viser le plus haut possible… Quand je dis qu’on a de l’ambition je veux surtout parler de la dynamique de victoires personnelles des joueurs.

Mahrez a gagné quatre trophées, Feghouli, Belaili, Bensebaini…, ont tous gagné quelque chose cette saison avec leurs clubs respectifs. C’est important de casser l’habitude de la défaite. On a des joueurs qui vont amener un nouveau souffle » a affirmé Belmadi hier matin lors d’un point de presse tenu au Centre technique national de Sidi Moussa. Les Verts débuteront leur préparation demain au Centre technique national de Sidi Moussa, avant de s’envoler pour Doha (Qatar) le 8 juin.

Sur place, les coéquipiers de Sofiane Feghouli disputeront deux matchs amicaux : le 11 juin face au Burundi et le 16 juin face au Mali. La sélection nationale ralliera le Caire le 18 juin à bord d’un vol spécial. « Nous avons choisi le Qatar par rapport aux conditions climatiques, qui sont pratiquement les mêmes qu’en Égypte. C’était possible de rester en Algérie, d’autant que nous avons les infrastructures adéquates, mais les conditions sont tout à fait différentes que celles qui vont prévaloir en Égypte, ça pouvait être un choc pour les joueurs », a expliqué Damel Belmadi, soulignant l’importance de « réunir deux sparring-partners dans le même lieu, ce qui n’était pas évident ».

«Slimani est victime d’une cabale»

Évoquant ses choix des joueurs retenus pour cette compétition qui verra pour rappel les Verts évoluer dans le groupe C avec le Kenya, la Tanzanie et le Sénégal, Belmadi est revenu notamment sur le cas de l’attaquant Slimani, retenu dans la liste des 23 en dépit de son manque flagrant de compétition lui qui n’a plus joué avec Fenerbahche en Turquie depuis plusieurs mois. «Slimani, je sens une cabale contre lui. Nul n’est prophète en son pays et je crois qu’Islam subit cet adage. Les gens oublient vite ce qu’il a fait y’a pas si longtemps.

Il a une expérience précieuse mais c’est sûr qu’il manque de compétitivité. Pourquoi Slimani et pas d’autres ? Naidji (meilleur buteur de la Ligue 1 algérienne avec 20 buts, ndlr) a un autre style que Bounedjah, mais il manque d’expérience sur le plan continental, à ce niveau-là c’est important. Slimani a déjà un vécu en Afrique, pour moi c’est précieux », a-t-il justifié. Évoquant le cas de Faouzi Ghoulam (Naples/ Italie), Belmadi a révélé que l’ancien stéphanois a demandé à être dispensé de cette CAN : « Il nous a clairement indiqué qu’il n’était pas prêt pour ce rendez-vous, il veut préparer la nouvelle saison.

Une chose est sûre, avec moi, personne ne sera mis sur la liste noire » explique Belmadi. «Bentaleb va se faire opérer, on est allé le voir il y’a trois semaines. Voilà, pas de spéculation. Taider, il a peut-être été sacrifié. Ses performances n’ont pas toujours été au top en sélection même si en club ça se passe bien. J’attends autre chose de lui au milieu, je l’apprécie mais il doit être déçu», ajoute-t-il à propos des deux milieux de terrains non retenus.

« J’ai choisi le Qatar pour le climat»

Questionné sur le cas de l’attaquant de Montpelier Andy Delort, Belmadi a expliqué que ce dernier est victime de tracasseries administratives. «J’avais déclaré qu’il suffit d’avoir son S12 pour venir en sélection, j’avais oublié le changement de nationalité sportive. Delort avait une grande envie de nous rejoindre mais son dossier à mis trop de temps. On va retenir sa grande envie de rejoindre la sélection», explique-t-il. «Je préfère partir avec 23 joueurs qui sont tous dans le même état d’esprit que prendre plus de joueurs qu’on va éliminer ensuite, ça peut jouer sur le groupe», ajoute Belmadi à propos de sa décision de ne pas retenir une liste élargie de joueurs avant la CAN.

«Je pense que j’ai donné la chance à beaucoup de jeunes joueurs. Au milieu j’ai Boudaoui (19 ans), Bennacer (21 ans) mais c’est vrai que ce n’est pas le cas à tous les postes. On pense à l’avenir mais là on a un objectif à court terme», ajoute Belmadi. Evoquant les conditions du déroulement de la CAN en Egypte, Belmadi n’a pas caché ses appréhensions notamment concernant le climat. «Les conditions climatiques qui nous attendent son traumatisantes pour beaucoup de sportifs. J’évolue dans cette région du monde depuis un bon moment, je vois qu’il faut se préparer spécifiquement pour ça. Le stage au Qatar, ou un autre pays de la région, c’est pour les conditions climatiques. On est à 40e la journée en Egypte.

Si on restait à Sidi Moussa le soir on doit mettre des pulls et des collants», affirme-t-il. Questionné sur les adversaires des Verts dans le groupe C de cette CAN, Belmadi s’est montré pragmatique en insistant sur la force des équipes en présence en citant l’exemple du Kenya, premier adversaire des Verts dans cette compétition. «Aujourd’hui il n’est plus possible de prendre à la légère une équipe en Afrique, on va préparer le Kenya du mieux possible», promet-il. À la CAN-2019, l’Algérie évoluera dans le groupe C, basé au Caire, en compagnie du Sénégal, du Kenya, et de la Tanzanie. Les Verts entameront la compétition le 23 juin face au Kenya, avant d’affronter le Sénégal le 27 juin, puis la Tanzanie le 1e juillet.

A. C.