Accueil Sport «Nous sommes toujours deuxièmes»

CHERIF MELLAL, président de la JSK

«Nous sommes toujours deuxièmes»

126

À l’instar du coach et des joueurs, le président de la JSK Cherif Mellal s’est dit très déçu par le nul concédé à domicile avant-hier face au MCA. Commentant cette contreperformance, le président kabyle n’a pas caché sa grande déception.

Cependant, il affirme que ses joueurs doivent tourner la page et penser aux prochains rendez-vous qui les attendent. «Honnêtement, je suis très déçu par le résultat final de ce match face au MCA. C’est vraiment rageant de perdre deux autres points à domicile.

Mais on n’a pas le choix, on doit tourner la page de ce classico et penser aux prochains matchs qui seront très importants», a déclaré Mellal. Malgré sa déception après cette seconde contreperformance de suite au stade du 1er novembre, le président kabyle affirme que les joueurs doivent réagir lors des prochains rendez-vous.

«Avec ce match nul face au MCA, on a perdu depuis le début de la phase retour quatre points complets sur notre terrain si on compte le match nul face à l’ASAM. De ce fait, les joueurs doivent réagir et chercher des victoires à l’extérieur car plusieurs déplacements nous attendent lors de la suite du parcours», a ajouté le président de la JSK.

Questionné sur le reste du parcours, Cherif Mellal a affirmé que ses joueurs doivent renouer avec les bons résultats pour prétendre à préserver cette seconde place qu’ils occupent toujours malgré le nul enregistrés face au MCA. «Malgré ce match nul, nous sommes toujours à la seconde place au classement général.

On a assuré notre premier objectif qui est le maintien et maintenant les joueurs doivent renouer avec les victoires et vite pour préserver cette seconde place.

On jouera match par match lors des matchs restants du championnat et on fera de notre mieux pour réaliser le meilleur parcours possible», a ajouté le chairman kabyle. Pour conclure, Mellal dira : «Je remercie infiniment les supporters venus en masse et la grande ambiance créée lors de ce classico qui a tenu toutes ses promesses».

M. L.