Accueil Sport «On visera une 4e finale de suite»

FUTSAL - Tarik Benali, entraîneur du MC Béjaïa

«On visera une 4e finale de suite»

121

Le coach du MC Béjaïa Tarik Benali revient dans cet entretien sur la demi-finale de la Coupe d’Algérie de Futsal prévue samedi prochain face au Rabie d’Oran.

La Dépêche de Kabylie : Vos impressions après la qualification en demi-finalede la coupe d’Algérie ?
Tarik Benali : C’est notre quatrième qualification en quart de finale de la coupe d’Algérie depuis celle de la saison sportive 2015/2016. On a éliminé le FCBBA qui reste une belle équipe avec de bonnes individualités. Cela étant, on oublie cette qualification et pensons au match des demi-finales.

Le MCB est devenu un club de titres….
Je dirais que c’est une tradition chez nous au MCB. Avec le niveau moyen de la majorité des équipes, on savait qu’on pourrait réaliser de belles choses en lançant ce club. L’objectif du Futsal, c’est de chercher l’oiseau rare parmi les jeunes qui ont du talent et qui ne trouvent pas de clubs. Dés lors, on suivait les tournois organisés un peu partout, comme à Merdj-Ouamane, à Amizour et Béjaïa pour justement dénicher quelques éléments qui ont des qualités pour jouer en Futsal.

Et le club a réalisé ce que d’autres n’avaient pas réalisé, malgré leur existence avant le MCB…
Oui, nous étions la première équipe à avoir remporté la 1ère édition de la coupe d’Algérie et le premier tournoi national organisé ici à Bejaia et ce après la création de la ligue de Futsal. Tout comme, notre club est le premier à avoir remporté le championnat national. Aussi, c’est grâce au MCB que beaucoup de clubs de Futsal ont été créés ici à Bejaia. Une chose est sûre, c’est que contrairement aux clubs des autres régions qui jouent dans des salles vides, à Bejaia, il y a souvent un public en or qui nous encourage à aller de l’avant.

Parlez-nous des moyens dont dispose le club ?
Ils restent insuffisants mais pour un début et grâce à l’abnégation, la volonté et la motivation, on arrive quand-même à avancer et à donner une bonne dimension au club. En ce qui nous concerne, si on avait une salle en 2015/2016, on n’aurait pas perdu la finale en déplacement, face à une équipe de Bordj qui a une salle et des créneaux importants pour les entraînements.

Sur le plan financier ?
Notre APC ne regarde pas en notre direction. Je pense qu’une équipe qui a remporté deux coupes d’Algérie et un titre de champion d’Algérie, a besoin de beaucoup plus de considération. Nous avons 90 enfants sur le terrain de proximité des 4-chemins, et avec beaucoup de moyens, on pourrait faire de la formation un grand atout pour l’avenir de nos joueurs. Ma foi, il faudrait que les autorités aident les clubs et les associations qui travaillent, qui remportent des titres et qui réalisent des performances. C’est uniquement de cette manière qu’on avancera et, arrêtons la politique du « deux poids, deux mesures ». Imaginez que pour un club comme le MCB, qui a réussi un doublé, l’APW lui a octroyé une subvention de 34 millions alors qu’un autre club, qui s’est classé moyennement la saison passée, a eu plus que le nôtre. Ce n’est pas normal, je pense.

Revenons au match de la demi-finale de cette saison, que votre club jouera samedi face au Rabie d’Oran. Comment le voyez- vous ?
Il s’agira d’un match de haut niveau entre deux équipes qui pratiquent un beau Futsal. Cette équipe du Rabie est la plus expérimentée et c’est l’une des meilleures équipes qui pratiquent le vrai Futsal. C’est un match de coupe qui se jouera ici chez nous, et j’espère que le public viendra en force comme c’était le cas face au FCBBA, et qui nous a supportés de la 1ère à la dernière minute. Pourquoi pas une 4è finale de suite.
Entretien réalisé par Rahib Medhouche