Accueil Zoom Malgré le blocage de l’assemblée…

Ouadhias Le point sur la municipalité avec le premier vice président

Malgré le blocage de l’assemblée…

3033

La commune de Ouadhias est l’une des rares dans la wilaya à avoir bénéficié d’un projet d’envergure de l’amélioration urbaine. Actuellement le centre ville est reluisant. Le revêtement des routes est achevé les trottoirs sont refaits, l’assainissement et les bouches d’évacuation des eaux pluviales sont achevés, l’éclairage public a été rénové et même le jardin public a été ouvert depuis plus de trois mois.

Les Ouadhias, une commune qui a vu le jour sous l’ère coloniale, a été promue au rang de daïra lors du dernier découpage administratif de 1984. Cette municipalité de plus de 16 000 âmes réparties sur neuf villages et hameaux, s’est imposée aujourd’hui, comme une plaque tournante de la région sud de la wilaya de Tizi-Ouzou. A Ouadhias, l’état des lieux est encore en deçà des espérances des populations et des autorités locales, mais force est de constater que la roue du développement local tourne, malgré les disfonctionnements et les soubresauts de l’assemblée populaire communale, qui reste toujours bloquée. Le premier vice-président de l’APC de Ouadhias, M. Ouerd, évoque les projets de développement local et tout ce qui a trait à l’état des lieux dans la municipalité.
Il rappelle en premier que cette commune a reçu à l’instar des 67 communes que compte la wilaya de Tizi-Ouzou, un montant de 20 millions de dinars rentrant dans le cadre des PCD 2011. L’APC a retenu 5 opérations d’aménagement et de dallage des routes communales ainsi que la réfection d’un réseau AEP au chef-lieu communal. A ce propos, Mr Ouerd dira : «Toutes ces opérations sont au stade de clôture. Le taux d’avancement des travaux pour les différentes opérations et de 95%». Concernant les PCD complémentaires pour le présent exercice, l’APC a eu droit à une cagnotte d’un milliard de centimes. L’exécutif communal a décidé la réalisation de plusieurs opérations à savoir la réfection d’un réseau AEP, l’aménagement d’un logement de la salle de soin de Tagmount El Djedid, le drainage des eaux pluviales à Oued Iloukam avec sablage de pistes et la clôture des édifices publics (Bibliothèque communale et l’auberge de jeunes). A ce sujet le même interlocuteur indiquera : «Les travaux sont tous lancés. Le réseau d’AEP est même achevé. Le chantier de drainage des eaux pluviales a atteint actuellement 80%». Signalons aussi que l’APC entend sabler 4,5 kilomètres de routes à travers le territoire de la commune, la cité OPGI n’est pas oubliée puisque l’aménagement des accès se fera et la réalisation de l’éclairage public dans tous les villages et les quartiers de la commune et cela dans le cadre du budget communal. Sur un autre registre, à savoir le programme intempéries, la circonscription des Ouadhias a bénéficié récemment d’une somme de 450 millions de centimes. Cette cagnotte sera utilisée aux travaux de confortement et de gabionnage des chemins communaux, qui ont connu des glissements lors des dernières intempéries. Sur ce point, le vice-président notera : «Nous venons juste de recevoir officiellement ce montant. Nous allons sous peu cibler les chemins qui seront pris en charge ».

Amélioration urbaine : Après le centre ville, la périphérie ciblée

La commune de Ouadhias est l’une des rares dans la wilaya à avoir bénéficié d’un projet d’envergure de l’amélioration urbaine. Actuellement le centre ville est reluisant. Le revêtement des routes est achevé les trottoirs sont refaits, l’assainissement et les bouches d’évacuation des eaux pluviales sont achevés , l’éclairage public a été rénové et même le jardin public a été ouvert depuis plus de deux mois. En somme, le chef-lieu communal, notamment le centre ville respire mieux. Toutefois, une gare routière et un plan de circulation doivent être les prochaines préoccupations des élus locaux, en vue de rendre la circulation plus fluide. Cela dit, d’autre projets sont annoncés pour les quartiers de la périphérie. Sur ce volet, M. Ouerd déclarera : «Maintenant que le centre ville est relooké c’est au tour des rues de la périphérie de connaître le même sort. La rue Fekous, la rue Berad Ali et la rue Boukentar seront concernées par la réalisation de canaux de drainage des eaux pluviales, d’assainissement et de revêtement en béton bitumineux. La réfection du réseau de l’éclairage public sera pris également en charge sur le budget communal. Les entreprises sont désignées et les travaux ne sauront tarder». Signalons aussi que les travaux d’aménagement du marché hebdomadaire sont en cours de réalisation. Notre vis-à-vis estimera le taux d’avancement des travaux à 60%. Signalons aussi que les études relatives aux travaux de raccordement au réseau du gaz naturel pour les villages, sont désormais achevées. A Tagmount El Djedid, les travaux débuteront incessamment, a déclaré notre interlocuteur.

Les locaux commerciaux, la bibliothèque communale, le nouveau service de l’état civil…

Le projet portant réalisation de 120 locaux commerciaux rentrant dans le cadre du programme du président de la République, connaît faut-il le signaler un énorme retard, puisque le projet est encore en phase d’étude. A cette question précise notre interlocuteur reconnaîtra : «En effet, ce chantier connaît un retard considérable. Cela est du essentiellement à l’étude faite auparavant qui prévoyait des locaux en R+4 et en U. Nous avons alors en 2010 opté de délocaliser les locaux et de les construire en L, à la périphérie du marché hebdomadaire. L’étude est maintenant prête, mais les travaux ne sont pas lancés. Toutefois nous n’allons ménager aucun effort pour mener ce projet à terme et livrer ces locaux aux jeunes chômeurs diplômés de notre commune qui, nous en sommes conscients, les attendent avec impatience». Concernant la bibliothèque communale qui manque toujours au palmarès de la commune, M. Ouerd annoncera : «Cette infrastructure est achevée et réceptionnée. Nous sommes en train de la sécuriser avec des grilles de protection et un mur de clôture, dans le cadre des PCD. Pour le matériel et le personnel nécessaires à son bon fonctionnement, ce sera à la direction de la culture de les prendre en charge». Pour ce qui est du nouveau service de l’état civil et des antennes de mairie, annoncées il y a peu de temps, M. Ouerd précisera : «Les bureaux de l’état civil qui absorberont à coup sûr les affluences des citoyens en quête de papiers administratifs, sont aujourd’hui achevés. Nous attendons juste d’installer le réseau informatique, dont le matériel est disponible. Chose qui se fera dès la semaine en cours. Pour les antennes de mairie de Ouadhias village et de Tagmount El Djedid, la première est en service, la seconde le sera incessamment». Ouadhias a également bénéficié de projets d’envergure à savoir la réalisation d’un hôpital, d’un ovoïde et d’une décharge contrôlée, hélas ces projets ne veulent pas voir le jour. Dans ces trois cas précis, les élus devront se remuer et inciter qui de droit en vue de les concrétiser.

Education
Entretien des écoles et réfection de deux cantines scolaires

Les écoles primaire relevant de la commune des Ouadhias sont, faut-il le reconnaître, dans un état acceptable. Tous les établissements ont connu différentes opérations de réfection. Le dallage des cours, la réfection de l’étanchéité et des sanitaires, la réalisation de murs de clôture et d’autres opérations qui ont significativement amélioré l’état des lieux. Mais ce qui est plus attrayant est sans doute la rénovation des cantines scolaires des écoles de Tifrani et de Abane Ramdane. Des sommes colossales ont été dépensées pour en faire de ces deux restaurants scolaires de vrais bijoux. A Tifrani à titre illustratif, la cantine a été totalement rénovée. Des travaux de peinture, de dessin et de revêtement des sols ont été effectués. Le matériel de cuisine a été également changé. En somme une belle cantine au grand bonheur des élèves. «L’éducation de nos enfants est une priorité pour nous. Nous n’allons ménager aucun effort pour créer des conditions optimales pour que leur éducation se fasse dans de bonnes conditions».
Signalons tout de même que les établissements primaires de la municipalité ne sont pas dotés de salles informatiques.
L’APC pourra bien s’occuper de ce volet, si l’on veut vraiment fournir aux potaches une éducation et un savoir complet et moderne.
Ajouter à cela que le repas de l’élève est toujours coté à 30DA, l’APC pourra toujours intervenir pour améliorer les repas servis aux enfants. De toutes les manières, l’APC de Ouadhias avance doucement et sans faire trop de bruit, malgré les tiraillements politiciens et les luttes qui l’ont caractérisée depuis le début du mandat.

H. T.