Par DDK | 9 Septembre 2018 | 685 lecture(s)

Édition en Tamazight

Hakima Metahri signe son premier conte

Hakima Métahri, jeune auteure en langue amazighe, vient de signer son premier ouvrage de contes pour enfants intitulé : «Dayen tgid ara tafedh» ou «On ne récolte que ce qu’on a semé», aux éditions El Amel. Abordée à la maison de la Culture Mouloud Mammeri, lors du lancement du salon de l’enfant, pour une vente-dédicace, elle dira : «J’étais passionnée par le conte dès mon jeune âge. J’ai étudié en langue arabe, mais arrivée au collège puis au lycée, j’ai appris la langue amazighe que j’utilise aujourd’hui pour mon premier ouvrage». Dans son introduction, nous pouvons lire : «Le conte a, depuis l’aube des temps, bercé l’humanité. Il fait office d’éducation morale pour les enfants qui écoutent, émerveillés, les soirées d’hiver, au coin du feu, leurs vieilles grands-mères leur raconter d’une voix feutrée des histoires d’ogre et d’ogresse…». Le conte constitue un outil pédagogique mais il est aussi plein de moralité pour les enfants. «Il est le miroir qui reflète les préoccupations d’une communauté, souligne les mentalités». C’est une histoire originale que la jeune auteure nous raconte. Elle se passe entre deux voisins : l’un, Mrahnin, coiffeur de son état, et l’autre, Mohand, qui possède des terres et élève du bétail. A la fois agriculteur et éleveur, il rendait son voisin très jaloux. Une jalousie maladive appuyée de plans diaboliques. Un jour, Mohand entra dans la boutique du coiffeur dans l’intention de se coiffer. Le coiffeur lui proposa de patienter jusqu’au lendemain. Mais au lieu de la boutique, c’est dans les champs qu’ils choisirent un endroit sous un figuier.» En pleine action, le coiffeur lança à Mohand : «Et si je te tuais, à qui le raconterais-tu ?, Mohand répondit : «Je raconterai au grand roi, le grand roi racontera au grand, le grand racontera au jeune, et le jeune racontera à la raison qui triomphera». Le coiffeur passa à l’action et lui trancha la gorge. Il l’enterra sous le figuier et rentra à la maison…» Plusieurs mois plus tard, une vigne sortie de l’endroit avec une grappe de raisin d’une grandeur jamais vue dans la région ! « Le coiffeur la détacha et voulut l’offrir au roi…». Un conte que les enfants liront d’un trait et qui leur donnera à réfléchir pour en tirer la conclusion ! L’auteure nous fait part de son prochain conte pour enfants, sur les animaux.

M A Tadjer

0