Par DDK | 5 Aout 2018 | 1061 lecture(s)

Aït Yahia - Les manifestants libèrent les locaux de l’ADE

La reprise après deux jours de fermeture

Après deux journées de fermeture «forcée», l’agence de l’Algérienne Des Eaux (ADE) d’Ain El Hammam, a rouvert ses portes suite à un compromis trouvé entre les responsables et la population du village Takana, dans la commune d’Aït Yahia. Pour rappel, des résidents de cette localité ont cadenassé le portail d’entrée mardi et mercredi derniers. Ainsi mercredi, peu après quinze heures, les jeunes de Takana avaient levé le siège, permettant aux employés et aux clients d’accéder à l’intérieur des locaux de l’ADE. Monsieur Ould Driss, le chef d’agence que nous avons joint, jeudi matin, nous dit qu’il a écouté les protestataires, avant de leur proposer une solution qui réglerait définitivement ce problème de distribution de l’eau dont se plaignent les habitants de Takana, dans la commune d’Aït Yahia et des hameaux voisins, appelés «fractions». Il faut d’abord, nous dit-on, remettre en service le réservoir de quarante mètres cubes qui doit alimenter exclusivement le village protestataire, alors que le second château d’eau, d’une capacité de cent mètres cubes, sera réservé à l’autre partie qui a fermé le siège de la mairie pour les mêmes revendications, quelques jours auparavant. Après discussions, les trois parties (ADE, Takana et les fractions) se sont mises d’accord pour la mise en place, en amont d’un «Y» par lequel l’eau irait équitablement vers les deux réservoirs. Des compteurs seront également installés pour évaluer la consommation de chacune des deux agglomérations d’environ une centaine de foyers chacune. Le chef de l’agence a tenu à nous souligner «une bonne organisation» du village de Takana dont les habitants nous ont facilité le règlement du conflit. Il faut, cependant signaler que, lors de la recherche des solutions par des travaux entrepris au niveau de ces villages, plusieurs «voleurs» d’eau, causant des perturbations dans la distribution ont été débusqués par les services de l’ADE. «Ils répondront de leurs actes, conformément à la loi», nous dit-on.

A. O. T.

0