Par DDK | 8 Avril 2007 | 424 lecture(s)

La mendicité, un phénomène qui se ruralise

Jadis, le phénomène de la mendicité était beaucoup plus connu dans les grands centres urbains et les villes. Pour des diverses considérations, dans les zones rurales particulièrement en Kabylie, on ne connaissait point ce fléau.

Les différentes formes de solidarité villageoise et la fierté montagnarde font qu’il était quasiment impossible de rencontrer des mendiants. C’était une grande tare et un grand déshonneur pour tout le village dont est issu le mendiant ou la mendiante.

Mais depuis quelque temps, l’on s’aperçoit malheureusement que ce phénomène a bel et bien gagné le milieu rural.

En effet, ils sont là les mendiants. Que ce soit au niveau des chefs-lieux communaux où ils choisissent leur petit coin pour “travailler” ou encore en train de sillonner les villages de la circonscription.

Les uns originaires de la région, d’autres viennent des localités avoisinantes, voire même des régions arabophones (pour ceux et celles qui demandent de l’huile d’olive et des effets vestimentaires), ils mendient partout.

Ainsi, il est même difficile pour le citoyen de distinguer le vrai nécessiteux de l’arnaqueur mendiant. En effet, on trouve des femmes, des jeunes et des moins jeunes, des enfants se “spécialiser” dans ce créneau facile. C’est dire que ce phénomène est en train de se ruraliser surtout que les campagnards sont connus souvent pour leur générosité et même leur... crédulité, chose qui fait l’affaire des mendiants, les vrais et les arnaqueurs.

Idir Lounès

0