Par Samira Bouabdellah | 26 Décembre 2012 | 2267 lecture(s)

Le Pr Ziri, directeur du CHU de Tizi-Ouzou

«La demande est supérieure aux capacités de l’hôpital»

En marge de la 2ème  journée d’infectiologie, le professeur Ziri, directeur du CHU de Tizi-Ouzou, expliquera que “la demande en matière de soins est supérieure aux capacités humaines, organisationnelles et financières du CHU.”
“Cela était dû à l’absence d’une autre structure d’hospitalisation au chef-lieu et à l’inexistence d’un maillage d’urgences dans la wilaya”, a t-il expliqué.


Alors, face à cette situation, le CHU de Tizi-Ouzou, a inscrit des projets de développement lui permettant de répondre à la demande en soins et d’assurer une couverture sanitaire hautement spécialisée, pour un bassin de population élargi à quatre wilayas. Juste après l’allocution d’ouverture de cette seconde journée d’infectiologie, le Pr Ziri a précisé que, compte-tenu des insuffisances et des faiblesses dont souffre l’établissement qu’il gère, inauguré en 1955, un plan de développement a été mis en place, récemment. « En matière de médicaments, nous avons atteint la consommation de 200 milliards de centimes », a-t-il déclaré ajoutant que « souvent pointé du doigt, le service d’urgences de Tizi-Ouzou, qui dispose d’un total de 38 lits, a comptabilisé, au troisième trimestre de l’année en cours, 3 850 admissions dans les différents pavillons d’urgences, à savoir la chirurgie, la médecine et la pédiatrie, 8 935 journées d’hospitalisation, 22 296 consultations d’urgence, 695 actes opératoires et 215 décès.
Concernant les services d’hospitalisation pour le premier semestre de l’année 2012, nous avons enregistré 51 376 hospitalisations, dont 6 182 en médecine interne, 4 182 en cardiologie et 2 527 en maladie infectieuse». En matière d’infrastructures, le Pr Ziri affirmera que le CHU se dotera d’un nouveau pavillon d’urgences qui, selon lui, coûtera 45 millions DA, mais également d’une nouvelle cuisine au niveau de l’unité Belloua, ainsi qu’un hôpital de jour. Toujours dans le même cadre, le Pr Ziri conclura en ajoutant : « Récemment, nous nous sommes déplacés à la direction de la prévention au niveau du ministère de la Santé afin de finaliser le projet de création d’un centre de référence en matière de VIH/Sida.
Par ailleurs, la réalisation du centre de désintoxication est évaluée à 52 millions de DA. Quant à l’acquisition des équipements médicaux, elle a atteint les 250 millions de DA., celle des équipements de chirurgie générale 20 millions de DA, contre 40 millions de DA pour l’acquisition des équipements d’imagerie médicale ».

Samira Bouabdellah

0