Par DDK | 11 Janvier 2018 | 1382 lecture(s)

Loi de Finances 2018 Problématiques d’investissements…

La CAP de Tizi-Ouzou en séminaire de concertation

Un séminaire portant sur la présentation et analyse des principales dispositions de la loi de finances 2018 et leur impact sur l’entreprise a eu lieu, hier à Tizi-Ouzou, sur initiative du bureau de wilaya de la Confédération algérienne du patronat. Il était question pour les participants de prendre connaissance du contexte macroéconomique dans l’élaboration de la loi de Finances 2018, d’identifier l’impact des principales dispositions sur la gestion des entreprises, entre autres. «étant donné que notre mission en tant que Confédération algérienne du patronat est d’accompagner les investisseurs, les soutenir et les conseiller, il est de notre rôle d’organiser ce séminaire pour les éclairer sur les dispositions les plus intéressantes où il y avait des changements et qui peuvent impacter l’entreprise algérienne», nous explique Yacine Aït Benamara, président du bureau de Tizi-Ouzou de cette organisation patronale. «Pour ce faire, nous avons invité des responsables des organismes étatiques, à l’instar du directeur de la Cnas, le sous/directeur des impôts… pour nous éclairer davantage sur les dispositions de la LF 2018». Même si cette dernière préconise plus de taxes et d’impôts, vu la situation financière du pays, elle est orientée, tout de même, sur «l’investissement et l’encouragement en termes de facilitation, d’avantages fiscaux, de soutiens et d’accès, entre autres», selon un membre de la CAP. Les participants à ce séminaire se sont penchés sur les mesures relatives à l’investissement, l’allégement et la simplification du système fiscal, le réajustement du commerce extérieur et la protection de la production nationale, la protection de l’environnement et la sanction contre les infractions économiques et sociales. Par ailleurs, l’accès au foncier reste un sérieux problème dans la wilaya de Tizi-Ouzou, avec la contrainte d’un relief des plus accidentés, regrettent les participants à ce séminaire. «Tizi-Ouzou reste une très grande wilaya en termes économiques, notamment avec des PME, ces dernières années. Même si tout le monde s’accorde à dire que c’est une situation difficile à gérer, il y a une réelle volonté d’investissement chez les gens de la région. Toutefois, le problème récurrent de l’investissement au niveau de Tizi-Ouzou reste le foncier», note Yacine Aït Benamara. Pourtant, il est à regretter que des terrains, cédés à un dinar symbolique dans des zones d’activités de Tala Athmane, DBK et Oued Aissi, ne sont toujours pas exploités. Pour le premier responsable du bureau de wilaya de la Confédération algérienne du patronat, «l’Etat doit faire un travail d’assainissement dans ces zones. On a affecté des terrains à des gens qui n’ont rien à voir avec l’investissement. Etant donné qu’il n’y a pas d’organisme au niveau de Tizi-Ouzou qui prenne en charge ces zones, je suggère aux autorités locales de les donner en concession ou de les laisser carrément aux investisseurs privés qui les prendront en charge». Et d’expliquer : «Ceci pour les anciennes zones. Pour les nouvelles, la zone de Souamaa est un exemple édifiant. On parle de cette zone depuis plusieurs années, mais elle n’arrive pas à démarrer !». C’est dans cette optique justement qu’une journée sur l’investissement dans ses volets inhérents au foncier et au fisc sera organisée incessamment par le bureau de wilaya de la CAP.

Farida Elharani

0