Par DDK | 5 Septembre 2018 | 976 lecture(s)

Makouda - Situation désastreuse à l’école primaire Akli Babou

Les parents d’élèves annoncent le gel de la rentrée

L’association des parents d’élèves Tarennawt de l’école primaire Akli Babou d’Attouche, dans la commune de Makouda, annonce le gel de la rentrée scolaire au niveau de l’établissement, pour manque d’équipements et conditions d’hygiène. Dans une déclaration, dont nous détenons une copie, l’association des parents d’élèves de l’établissement primaire Akli Babou tire la sonnette d’alarme sur l’état dégradé de la structure, ainsi que l’absence des conditions nécessaires pour la scolarisation des enfants. «Suite à la visite que nous avons effectué au sein de l’établissement sus cité le 1er septembre 2018, en vu de prospecter l’état des lieux dans notre école à la veille de la rentrée scolaire, nous avons eu le regret de constater plusieurs anomalies qui rendent la situation inadéquate au bon déroulement de la scolarité de nos enfants, à savoir le manque flagrant d’hygiène, matériel pédagogique détérioré, portes et fenêtres des salles cassées, absence d’eau dans les sanitaires», regrette-t-on. Et d’ajouter: «Nous avons pourtant relevé toutes ces anomalies auparavant et soumis nos doléances aux autorités locales compétentes (Daïra, APC et inspection scolaire) lors de la réunion tenue le mois de mars 2018, dans laquelle on nous a promis monts et merveilles, à savoir l’aménagement et la réhabilitation de cette école avant la prochaine rentrée scolaire 2018/2019». Les membres de l’association des parents d’élèves se sont dit «outrés de voir que toutes nos réclamations sont tombées dans la sourde oreille et que l’état des lieux n’a fait que s’empirer».Un état des lieux qui a incité les parents d’élèves à prendre la décision de geler la rentrée scolaire : «Suite à cela, nous, membres du bureau de l’association, avons tenu une réunion en toute urgence le 2 septembre 2018 pour trouver des solutions à cette impasse, et après un long débat, nous avons décidé de geler la rentrée des élèves et empêcher leur scolarisation dans ces conditions déplorables».

Kamela Haddoum.

0