Par Rachid B. | 9 Avril 2013 | 3479 lecture(s)

JS Kabylie Ça s’est passé avant-hier soir

Hannachi dégomme Sandjak

Le 1er responsable de la barre technique des Canaris, Nacer Sandjak, a été limogé, avant-hier soir, par le président du club Moh Cherif Hannachi.


Ce dernier, qui se trouvait pourtant en France, a pris cette décision suite à la défaite (1-3) de son équipe face au MCA, samedi dernier. Une décision très attendue vu que le courant ne passait plus, depuis déjà un certain temps, entre le désormais ex entraineur des Canaris et les dirigeants. Ramené en pompier, au mois de novembre dernier, Sandjak n’a finalement résisté que quelques mois. En effet, après le limogeage de l’italien Enrico Fabbro, suite à une série de mauvais résultats, Hannachi avait fait appel à Sandjak pour calmer les supporters. Très estimé en Kabylie, Sandjak a tout fait pour permettre à l’équipe de retrouver sa place habituelle, elle qui a joué deux saisons de suite pour le maintien. Cependant, quelques semaines seulement après son arrivée, le courant ne passait plus avec les dirigeants. Tout avait commencé avec les problèmes d’indiscipline de quelques joueurs, notamment Maïza qui a refusé le banc, avant que vienne le tour de Belakhdar de se comporter violemment envers son entraineur, en s’accrochant avec lui lors du match face à l’USMA. La direction s’était contentée de les sanctionner financièrement, faisant ainsi fi du rapport de leur coach. Cela a encouragé l’instauration de l’indiscipline au sein du groupe, notamment avec la décision de Belkahdar de bouder l’équipe et le geste de Remache qui n’a pas apprécié son changement lors du match face au MCA. Cela prouve aussi que la direction avait fini par lâcher son entraîneur. Ce dernier a tenté de résister en déclarant, samedi soir à l’issue du match perdu contre le MCA, qu’il continuera sa mission jusqu'à la fin du championnat, parlant même de la saison prochaine. Or, le président Hannachi, qui n’a jamais souhaité travailler à nouveau avec l’ex coach de Noisy-Le-Sec, en a décidé autrement en limogent Sandjak. Après plusieurs heures de négociation, les deux parties sont arrivées à un accord stipulant que le coach touchera un salaire et demi, en plus des primes du match, ce qui vaudrait environ 330 millions de centimes.

Les supporters soutiennent Sandjak

Les fans du club, de leur côté, sont contre le départ de Sandjak. Ils estiment qu’il a fait du bon boulot même si les résultats sont moyens. « Sans stabilité, la JSK continuera à manger son pain noir. Je ne sais pas comment on limoge Sandjak alors que c’est quelqu’un de très compétent. On doit laisser les gens travailler, car c’est ce qui manque à la JSK ces dernières années », nous dira Salim, un étudiant de Hasnaoua. Smaïl, avocat de profession, ira dans le même sens que Salim : « Je ne sais pas qui réussira à la JSK. On ramène, chaque saison, 3 à 4 entraineurs, c’est inacceptable ! Qu’on arrête le bricolage, le club est le plus grand perdant ».

Rezki Amrouche assurera l’intérim

On a appris, d’une source proche de la direction, que c’est l’entraineur-adjoint Rezki Amrouche qui prendra les commandes techniques de l’équipe pour ce qui reste du championnat. En dépit du limogeage de Sandjak, qui l’avait ramené pour l’épauler, Amrouche ne quittera finalement pas la barre technique et continuera à travailler le plus normalement du monde. Selon les informations en notre possession, la direction est à la recherche d’un entraineur étranger qui sera installé à l’inter-saison. Le nom du Suisse Alain Geiger circule déjà du côté de la ville des Genets. 

Chalali sur le départ ?

D’autre part, on croit savoir que l’attaquant Mohamed Challali pourrait quitter le club phare de Kabylie à la fin de l’exercice en cours. Pour rappel, le joueur avait été recruté sur insistance de Nacer Sandjak aux dernières heures du Mercato hivernal. Avec le départ de ce dernier, il très possible que les dirigeants veuillent le vendre, sachant qu’ils n’étaient déjà pas chauds à le ramener pour un salaire jugé très élevé alors que le club avait déjà échoué dans ses objectifs initiaux. Le MCA s’est, d’ailleurs, déjà manifesté, le voulant pour la saison prochaine, le coach Djamel Menad a même eu une discussion avec l’ex pensionnaire de l’ESS. Ce qui est sûr, c’est que tout sera clair à la fin de la saison concernant le sort Challali, qui a quand réussi de belles performances avec le club kabyle, devenant même le chouchou des fans depuis sa venue à la JSK.

Rachid B.

5.00