Des travailleurs de la zone industrielle protestent devant l’inspection du travail

Partager

Les travailleurs de la brasserie Heinken de Rouiba sont montés au créneau. Ces derniers ont observé hier un rassemblement devant la direction de l’inspection du travail en vue d’inciter les responsables de l’entreprise en question à répondre favorablement à leurs doléances. Il étaient, faut-il le signaler, plus de 300 travailleurs à avoir pris part à ce rassemblement de contestation, qui a eu lieu devant la direction de l’inspection de travail de Réghaïa, à Alger pour revendiquer l’application des lois régissant les relations de travail. Ces protestataires ont expliqué cette action de protestation par « le licenciesement abusif de trois travailleurs de la brasserie ». Ces derniers se sont interrogés dans ce sens, sur « les mesures d’intimidation proférées par les responsables de cette unité à l’encontre des trois travailleurs menacés de licenciement alors que ces derniers n’ont demandé que l’application des lois du travail ». Ils demandent à cet effet, l’arrêt des pressions exercées sur certains travailleurs ayant pris part à la grève. En effet, les travailleurs de la brasserie Heineken de Rouiba, qui sont en grève depuis maintenant plus d’un mois, veulent à travers ce mouvement de contestation, dénoncer « le silence mort » des responsables de l’entreprise concernant la satisfaction de leur plate-forme de revendications. A noter que ces contestataires réclament « la signature de la convention collective et l’introduction des primes de rendement individuel et de la femme au foyer dans leur salaire, prévus par la réglementation ». Tout en dénonçant « la transgression des lois relatives aux relations et aux conflits du travail », les protestataires ont menacé de radicaliser leur mouvement de contestation, indiquant que « si aucune décision n’est prise dans une semaine pour résoudre nos problèmes, nous allons occuper l’entreprise ». Il y a lieu de souligner qu’une réunion a été organisée hier entre leurs représentants syndicaux et le responsable de l’inspection de travail.

L.O.CH

Partager