Le théâtre traditionnel japonais présenté à Alger

Partager

Le patrimoine culturel japonais était à l’honneur, avant-hier à Alger, avec la présentation d’un type théâtral traditionnel nommé “Bunraku” alliant le théâtre de poupées japonaises, la narration et la musique. Organisé par l’ambassade du Japon à Alger, ce spectacle entre dans le cadre de la participation du Japon aux célébrations du cinquantième anniversaire du recouvrement de l’indépendance de l’Algérie, a indiqué l’ambassadeur du Japon Tsukasa Kawada qui était fier de pouvoir faire découvrir la culture de son pays au public algérien. Joué avec des poupées japonaises, accompagné du chant du narrateur et de la musique du “shamisen” (instrument à corde), le “Bunraku” comme d’autres types de théâtres traditionnels japonais a été classé en 2003 patrimoine culturel immatériel par l’Unesco. Devant une salle comble, le narrateur et ses musiciens, assis sur une estrade, entament la première partie du spectacle dédiée à la danse et à la fête. Sur scène, deux poupées japonaises, mues par trois marionnettistes chacune, font leur entrée dans un décor ancien tout en bois et un grand arbre en trame de fond. Ce tableau intitulé Sambaso (danse de la fête) a été jugé approprié par les organisateurs pour “célébrer le cinquantième anniversaire de l’indépendance et de l’établissement de relations diplomatiques entre le Japon et l’Algérie”. Par la suite, un des membres de la troupe, Kiritake Kanjuro, après avoir présenté et expliqué la pièce qui allait être jouée, a fait une démonstration au public de manipulation des poupées par les marionnettistes. Sur scène, la poupée est manipulée par trois artistes : le principal s’occupe de la main droite et de la tête et décide des mouvements de la poupée tandis que les deux autres manipulent les jambes et la main gauche avec une coordination telle, que la poupée évolue à la manière d’un comédien. La troupe de Bunraku a présenté “Le renard blanc», une pièce très dynamique inspirée de l’histoire du Japon, jouée pour la première fois en 1766, mettant en scène une princesse qui tente de sauver son fiancé menacé de mort. Après le théâtre N&ocirc,; genre théâtral traditionnel basé sur la poésie et une gestuelle codifiée, présenté à Alger en janvier dernier, le public d’Alger a pu découvrir un autre pan de la culture nipponne dans le Bunraku. Un second spectacle est par ailleurs prévu le 27 Août au Théâtre régional de Constantine (TRC).

Partager