Le directeur de publication et le chef de rubrique Radar de Liberté devant le juge

Partager

Le verdict dans l’affaire opposant le journaliste et chef de rubrique « Radar » du quotidien Liberté Hamid Saïdani, à un promoteur immobilier, la Sarl Sadji-Immo en l’occurrence, a été mis en délibéré hier, par le tribunal de Béjaïa, pour le 28 octobre prochain. Le directeur de publication et le chef de rubrique « Radar », Hamid Saïdani, ont été cités à comparaître devant le juge pour « diffamation », suite à la publication d’un article dans lequel un collectif d’acquéreurs de logements promotionnels à la promotion « Beau Séjour », implantée à Sidi Ali Lebhar, près de Béjaïa, dénonçait « le retard accusé par le promoteur dans la réalisation des logements », tout en le sommant d’établir « sous huitaine, des actes de vente sur plan auprès d’un notaire habilité et de procéder à une livraison immédiate de ces logements aux acquéreurs ». Dans l’article, paru dans la rubrique Radar, Hamid Saïdani n’a fait que son « devoir d’informer et de protéger les citoyens», estime Me Khaled Bourayou, avocat de la défense, qui s’interroge, en outre, sur le fait que « ces logements aient été attribués, ces derniers mois, sans électricité ni eau, ni gaz ». L’avocat du plaignant a, de son coté estimé que l’auteur de l’article « a porté préjudice à mon client, en le traitant d’escroc, de hors la loi et de promoteur indélicat», tout en réclamant le dédommagement de Sadji Sassi en lui versant la somme de 3 milliards de centimes et la publication du prononcé du jugement dans deux quotidiens nationaux. Au terme de son réquisitoire, l’avocat du ministère public a requis une amende de 30 000 dinars à l’encontre des directeurs de publication et de la rédaction et du chef de rubrique Radar de Liberté à titre de dédommagement du plaignant. Me Khaled Bourayou a demandé tout bonnement, la relaxe de ses clients.

Dalil S.

Partager