La bibliothèque itinérante s’invite à Draâ El Mizan

Partager

Il était onze heures, avant-hier, quand le camion faisant office de bibliothèque itinérante, de la Maison de la culture Mouloud Mammeri, arriva et s’installa sur l’esplanade de la commune, à proximité du lycée Ali Mellah. Les premiers lycéens sortis à cette heure-ci découvrirent ce camion ambulant transportant des milliers de livres. Le choix de cette journée ne fut pas fortuit, puisque les écoliers, les collégiens et les lycéens ont quartier libre le mardi après-midi, et peuvent ainsi profiter de la bibliothèque. « Cette activité rentre dans le cadre de la célébration de la journée mondiale du livre. Trois localités ont été choisies. Il s’agit de Bouzguène, Azazga et Draâ El-Mizan. Nous sommes là pour prendre contact avec les bibliophiles de la région. Dans le cas où le succès est au rendez-vous, nous programmerons d’autres jours si l’APC nous le demande », nous a confié l’une des deux bibliothécaires. Interrogée sur la quantité de livres que propose cette bibliothèque, la seconde responsable nous a montré un registre où sont répertoriés pas moins de 5 794 ouvrages dans les trois langues (arabe, amazighe et française). Nos deux interlocutrices nous ont appris qu’il y en avait pour toutes les tranches d’âge et pour tous les goûts. « Ce sont surtout les personnes âgées qui s’intéressent à la lecture. Nous fûmes très surpris, par exemple, lors de notre passage à Bouzguène. Nous fûmes très sollicités par des personnes dépassant la cinquantaine, il y avait même des sexagénaires et des septuagénaires », nous ont ajouté nos deux interlocutrices. Au fur et à mesure que le temps avançait, des chaînes commencèrent à se former devant le camion. « Nous aimerions que cette bibliothèque reste ici plusieurs jours. Ainsi, nous pourrons consulter le maximum de livres », nous a confié une collégienne qui est arrivée dans l’après-midi. Un grand engouement donc. « Je trouve cette idée géniale, d’autant plus que dans notre école nous n’avons même pas de bibliothèque. C’est notre maîtresse qui parfois nous donne quelques livres de contes », nous a raconté une petite fille, toute contente, de monter les marches de l’escalier pliant menant à l’intérieur du camion. En fin de journée, le camion prit le chemin de Tizi-Ouzou laissant derrière lui ces centaines de bibliophiles, frustrés de ne pouvoir profiter plus longtemps de tel ou tel livre. Tout le monde s’est accordé à souhaiter que cette bibliothèque revienne au moins une fois par semaine.

Amar  Ouramdane

Partager