De l’eau un jour sur cinq pour tout le monde !

Partager

Avec l’arrivée de l’été les services communaux d’Amizour ouvrent les vannes des réseaux AEP une fois tous les 5 jours.

Une distribution qui va durer toute une journée et pour l’ensemble des quartiers et villages de la municipalité alors qu’elle était auparavant d’un jour sur 3. Ce changement, selon les membres de l’exécutif communal, est un moyen d’assurer l’arrivée de l’eau à tous les ménages de la commune. Étant donné qu’avec l’ancien programme, plusieurs quartiers et villages situés sur les hauteurs peinent à s’alimenter en ce liquide vital. « Sachant que nous ne sommes qu’au début de la saison chaude et avec l’approche du mois de Ramadan, la demande en eau va devenir accrue. Et pour éviter les pénuries, pour presque la moitié de notre population, nous avons songé à un nouveau programme de distribution, plus juste pour assurer de l’eau à tout le monde », indiquera un élu local pour expliquer les raisons du passage à ce rythme un peu plus austère. Il s’avère que cela est le seul moyen de diminuer l’usage abusif de l’eau, surtout par certains propriétaires de jardins, de poulaillers et autres. Ce nouveau plan spécial-été ayant pour objectif de garantir l’eau pour tous, ne concerne que les localités alimentées par le réseau AEP communal, ayant pour source principale la nappe phréatique de Chouyou, et ne comptant pas les villages du côté Ouest de la commune, notamment Ahmmam, Afra, Xantina, Berri et Berdoun qui, eux, sont alimentés par le réseau AEP de l’ADE, dont la conduite est très vétuste et nécessite une rénovation rapide, surtout la partie située entre Afra et Berri. Cette conduite fait l’objet de sempiternelles fuites d’eau engendrant des pénuries qui durent, quelques fois, plusieurs semaines. Il faut préciser, par ailleurs, que les perturbations récurrentes dans la distribution d’eau à Amizour sont à l’origine de multiples problèmes, dont celui du non payement des factures par bon nombre de clients à la régie communale des eaux. Un manque à gagner estimé à plusieurs milliards de centimes pour les caisses de la régie communale qui lui engendre des difficultés à faire face de manière efficace à toute panne, étant donné que les 2 réseaux d’adduction de cette commune sont équipés de stations de refoulement grâce à des pompes Hydro-électriques. La solution définitive et la plus attendue par la population qui souffre du manque de ce liquide précieux est la mise en service du réseau de raccordement au réseau du barrage Tichy Haf, lequel tarde à voir le jour suite au retard dans la mise en place d’un système de pompage, comme il nous a été expliqué par les responsables communaux.

Nadir Touati

Partager