Le nettoyage du Grand Alger continue

Partager

Prenant à bras le corps le problème des déchets ménagers dans la capitale qui souffre de pas moins de huit décharges sauvages et quelques 250 points insalubres, les autorités de la wilaya d’Alger semble décider à procéder au grand nettoyage. L’administration a en effet retenu la création d’entreprises modernes qui prendront en charge l’ensemble du  processus de gestion des déchets ménagers. Deux entreprises seront en effet appelées à se répartir la tache avec une qui sera spécialisée  dans la collecte et le transport des déchets (Extra Net), et l’autre qui s’occupe principalement de  la gestion des centres de tri et d’enfouissement technique (EGCETAL).  Il n’y a pas longtemps, lors de sa récente tournée dans la capitale, le premier ministre Abdelmalek Sellal avait, rappelons le,  donné le coup d’envoi de l’exploitation du centre de H’missi.  Selon Fatiha Slimani, responsable à la direction de l’Environnement «  L’ouverture de ce premier centre de tri et d’enfouissement des déchets à H’missi améliorera la gestion des déchets notamment avec la réception, avant fin 2013, d’un autre centre similaire, en voie de réalisation, dans la région de Corso, » a-t-elle  indiqué. Pour ce qui est de la stratégie à adopter pour une gestion moderne , la même responsable a ajouté : «Ces deux centres gérés par l’Entreprise publique de gestion des centres d’enfouissement technique des déchets domestiques de la wilaya d’Alger, créée récemment conformément aux instructions du gouvernement, occupent une place importance dans la stratégie de gestion moderne et organisée des déchets, tous types confondus, en prévision de leur transformation en une valeur ajoutée qui sera vendue aux enchères ». De son coté  Ladjrem Souhila, directrice d’EGCETAL a estimé que ces deux centres ont permis de « passer d’une gestion anarchique des déchets à une gestion scientifique qui répond aux normes environnementales ». Et ce qui « était inimaginable » chez ceux qui connaissaient jadis ces lieux de décharges sauvages, devient aujourd’hui réalité. En effet, des  jardins publics naissent à la place des décharges sauvages. Pour ce qui est des points noirs, estimés à pas moins de 250, il faut savoir que la wilaya d’Alger  a entamé la mise en œuvre d’une stratégie prometteuse pour l’éradication de ces nombreux points noirs et les  8 décharges sauvages, selon Messaoud Tebbani,  directeur de l’environnement de la wilaya d’Alger. Concernant les décharges sauvages,  les pouvoirs publics ont procédé à l’élimination de deux d’entre elles avec en sus  l’octroi d’enveloppes financières pour l’éradication des six décharges restantes au niveau d’El Hamiz, Bordj El Kiffan, Rahmania, Mehalma ainsi que deux sites à Tessala El Merdja.  Et pour se faire,  Tebbani a indiqué que ces services ont établi un contrat avec une société privée pour l’éradication définitive de ces points noirs au nombre de 250 sites au niveau de la wilaya d’Alger en procédant à la stérilisation de ces sites et la mise en place de bacs à ordures. Il a indiqué en outre que cette opération qui a débuté le 5 juin dernier se poursuivra jusqu’à la fin de l’année 2013.

Ferhat Zafane

Partager