Un pôle industriel en perspective…

Partager

La zone industrielle d’Oued El Bardi, à une dizaine de kilomètres au sud du chef-lieu de la wilaya de Bouira, est promise à un bel avenir. C’est du moins ce qui en ressort du conseil de wilaya qui a réuni, avant-hier jeudi, les investisseurs nationaux et étrangers avec le Premier magistrat de Bouira, M. Nacer Maaskri. Ce dernier a indiqué en préambule de son intervention que : « L’investissement est le moteur d’une économie prospère et d’un développement durable ». Cette déclaration n’est pas anodine, car elle concorde avec le séminaire qui se tenait à l’Université de Bouira et qui a avait pour thème « le développement durable et l’environnement ». Par la suite, le chef de l’exécutif ajoutera que : « conformément aux orientations de monsieur le ministre de l’Industrie, nous devons développer l’industrie et encourager les investisseurs à s’implanter dans notre wilaya, car cette dernière offre un potentiel énorme en la matière », a-t-il précisé. D’ailleurs et selon M. Najib Achour, directeur des petites et moyennes entreprises de la wilaya, la zone industrielle d’Oued El Bardi est destinée à être, à moyen terme, un pôle industriel incontournable ». Cette zone, faut-il le rappeler, s’étend sur plus de 400 hectares, dont 190 ha qui viennent d’être ajoutés recèlent d’énormes potentialités, selon les spécialistes. Cependant, depuis sa création, ce parc industriel n’a jamais vraiment décollé. Pis encore et selon les propres termes de M. Maaskri, cette zone a été laissée en jachère.  Pourtant, les investisseurs ne manquent pas à Bouira. Ils viennent des autres wilayas du pays pour conquérir cet Eldorado industriel encore sous exploité. Ainsi, le but de cette réunion de travail était, selon le chef de l’exécutif, de « faire le point » sur la situation des investissements dans la wilaya. Pour ce faire, il a exhorté les investisseurs présents à « déposer les dossiers au niveau de la direction des domaines dans les meilleurs délais », a-t-il indiqué. Et d’ajouter: « On est prêt à vous aider du mieux qu’on peut. Ceci dit, il est dans votre intérêt et dans l’intérêt général de nous faciliter la tâche en accélérant la procédure de dépôt des dossiers ». Cependant, certains investisseurs  « récalcitrants », n’ont pas encore commencé les travaux de bornages et autres délimitations des zones. Ceci a poussé le wali à prendre des mesures coercitives, en ordonnant des mises en demeure à l’égard des entrepreneurs qui traînent encore du pied. « On ne va pas vous attendre éternellement. Si au bout de la troisième mise en demeure, on constate que vous n’avez pas encore entamé vos travaux, on reprend le terrain », a-t-il prévenu. Et d’ajouter : « Les gens se bousculent pour investir à Bouira! ».  Il est vrai que la zone industrielle d’Oued El Bardi, qui est considéré comme l’une des plus importantes du pays, suscite déjà moult convoitises. Ils y sont déjà plus de 70 investisseurs à avoir déposé leurs dossiers, comme les groupe Sovac, Ifri Bio et Cevital, pour ne citer que ceux-là.  Dans leur logique d’accompagnement des investisseurs, les autorités concernées avaient, pour rappel, procédé au mois de septembre dernier, à l’ouverture d’un guichet unique réservé au dépôt des dossiers.  Cette facilitation vise, selon M. Masakri, à « booster l’investissement au niveau des zones industrielles et celles d’activités que compte la wilaya ». Par ailleurs et lors du conseil de wilaya, certains investisseurs ont saisi l’opportunité d’interpeller le Premier responsable de la wilaya sur les différentes embûches qu’ils peuvent croiser dans leurs démarches d’investissement. 

Ramdane B.

Partager