Grève des communaux, hier

Partager

Afin de protester contre « le non virement des salaires et des primes de rendement du troisième trimestre de 2013 », le syndicat des travailleurs de la commune d’Akbou, affilié à l’UGTA, a appelé à une journée de grève pour hier mercredi. Cette action a été largement suivie par les travailleurs de la commune, puisque le siège de l’APC et le service de l’état civil ont fermé leurs portes, a-t-on constaté. La paralysie a touché tous les services de l’APC. Ainsi, par exemple, les ordures ménagères n’ont pas été ramassées par les éboueurs, ce qui a induit l’entassement des détritus dans toute la ville et sa périphérie. Dans la matinée d’hier, beaucoup de citoyens ont été surpris par la fermeture du siège de l’APC et du service de l’état civil. Aucun préavis de grève n’avait été affiché pour en informer les citoyens, qui s’agglutinaient devant, notamment le service d’état civil, pour s’enquérir des motifs de cette grève. Ce n’est qu’à environ dix heures qu’un avis de grève a été placardé devant l’administration. «Les grévistes auraient dû nous informer à l’avance de leur débrayage. Je viens d’Aokas pour me faire délivrer des papiers, si j’avais su, j’aurais reporté mon déplacement », nous dira un citoyen dépité rencontré devant le service de l’état civil.

Syphax Y.

Partager