Les habitants d'El Vour Iyighil ferment la mairie

Partager

À l’approche de la saison estivale, de nombreux villages de la commune de M’Kira craignent que l’alimentation en eau potable soit encore perturbée.

Avant-hier, ce sont les habitants d’El Vour Iyighil, à quelques centaines de mètres à vol d’oiseau du chef-lieu, Tighilt Bougueni, qui ont manifesté leur inquiétude en fermant le siège de l’APC. En effet, avant l’ouverture même des bureaux, des dizaines de villageois ont procédé à l’évacuation des lieux. Ainsi, tous les fonctionnaires ont été renvoyés chez eux. La seule revendication soulevée par les contestataires est l’alimentation en eau potable. « Nous sommes le seul village dans la région qui est toujours privé d’eau. Nous restons des semaines sans recevoir la moindre goutte. Cette fois, nous allons mettre un terme à ce problème », s’insurgera un citoyen qui était dans la foule compacte devant la mairie. Et à un autre d’ajouter: « Le programme de distribution n’est pas respecté. Quand arrive notre tour, on ne voit rien couler dans nos robinets. Ne sommes-nous pas des citoyens de cette commune ? Les autres villages ne s’en plaignent plus. On dirait que le programme est fait sur mesure pour satisfaire certains et pas d’autres ». Les protestataires étaient visiblement décidés à ne pas lâcher prise. Ils estiment qu’ils sont lésés et se disent mobilisés jusqu’au règlement définitif de ce problème. Approchée à ce propos, une source proche de l’APC nous dira tout à fait le contraire. « Ces citoyens ne sont pas satisfaits du programme décidé pour la distribution de l’eau à travers les villages de la commune. Ils croient que le programme de distribution est en leur défaveur. À chaque fois ils reviennent à la charge, notamment depuis que la conduite vers le réservoir du village alimente aussi les villages voisins, tels Tahachat, Imândène et Thamaânat », nous confiera cette source. Dans la commune de M’Kira, l’alimentation en eau potable est souvent aléatoire. D’ailleurs, la coordination des comités de villages, née récemment, a retenu dans son plan d’action l’inscription d’une conduite autonome qui alimentera les villages en eau de la station de Tizi Larbâa, sur les hauteurs de Draâ El Mizan, à partir du barrage de Koudiet Acerdoune, indépendamment de celle qui alimente Tizi Gheniff. Par ailleurs, dans la même journée, un groupe de jeunes a fermé durant deux heures, la RN25, plus précisément au niveau du chef-lieu communal d’Ait Yahia Moussa, en incendiant des pneus, mais sans pour autant déclamer la moindre revendication concrète, à l’exception d’une pancarte sur laquelle on pouvait lire « Non à la hogra du Darak El Watani’. Peu avant midi, cet axe routier a été rouvert à la circulation. 

Amar Ouramdane 

Partager