Bitam aujourd’hui devant la commission fédérale

Partager

La dernière sortie médiatique de l’arbitre-assistant Mounir Bitam, où il avait accusé ouvertement certains hauts responsables de notre football de « favoritisme et de manipulation » n’a pas laissé insensible la FAF qui a décidé de prendre en main l’affaire. En effet, l’instance de Raouraoua, à travers la commission fédérale d’arbitrage, présidée par Khelil Hammoum, s’est saisie de l’affaire en décidant d’ouvrir une enquête et de convoquer le concerné pour une audition, prévue aujourd’hui. « La commission fédérale des arbitres a procédé à l’ouverture d’une enquête, afin de déterminer les raisons qui ont conduit l’arbitre assistant Mounir Bitam à avoir un comportement inqualifiable lors du match CABBA-WAT du 19/09/2014 à Bordj Bou Arreridj », lit-on dans un communiqué publié hier par la FAF. « La commission fédérale des arbitres procédera, mardi 23/09/2014, à l’audition de l’intéressé qui devra s’expliquer sur les accusations qu’il a portées à l’encontre des dirigeants », ajoute le communiqué qui a indiqué également que  « Ce cas (Bitam ndlr)  sera soumis à la commission de discipline ». Pour rappel, l’arbitre-assistant, Mounir Bitam, avait défrayé la chronique,  vendredi dernier au stade de Bordj Bou Arreridj lors de la rencontre du championnat de Ligue II entre le CABBA et le WAT. A la 26e minute de jeu de la rencontre, profitant d’une sortie en touche, il a pénétré sur le terrain, déposé son kit, le drapeau de touche et son maillot officiel laissant apparaître une inscription sur son maillot de corps « Kerbadj et Hammoum, une histoire d’un jeu manipulé ». Sollicité par des journalistes en fin de partie, Amine Bitam a accusé le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Mahfoud Kerbadj, de « m’avoir demandé de faire perdre la JS Kabylie contre le CRB Aïn Fakroun en demi-finale de la Coupe d’Algérie (2014) et un haut responsable, de son côté nous a conseillé (le trio arbitral) de favoriser un des finalistes de la dernière édition de la Super coupe d’Algérie ». Des déclarations qui ont fait réagir les plus hautes instances du sport national, à savoir le ministre de tutelle Mohamed Tahmi.  S’exprimant samedi dernier  sur les ondes de la radio nationale, Tahmi a annoncé que son département a décidé de se saisir du dossier pour faire l’enquête. « L’arbitre Mounir Bitam doit se présenter au MJS pour audition. Il est tenu de confirmer ou infirmer les propos qu’il a tenus », a déclaré en effet le ministre des Sports. Affaire à suivre !

A. C

Partager