Le président de l’association Espoir contre-attaque

Partager

Le président de l’association des handicapés moteurs « Espoir » de Mekla, M. Hocine Gana, a profité des festivités prévues à l’occasion de la Journée nationale des personnes handicapées, célébrée hier à Djemaâ Saharidj, pour répondre à ses détracteurs, en les accusant de propos infondés. M. Gana a été pour rappel, cité par la présidente de l’ONG française, l’Elan du cœur, dans la fameuse affaire de mauvaise gestion de quatre conteneurs de matériel paramédical qui a fait couler beaucoup d’encre. Sur ce sujet, le président de l’association nie toutes les accusations portées à son encontre, qu’il qualifie, d’ailleurs, de « non fondées ». Pour lui, la présidente de l’association française a pris part avec ses adversaires. Des personnes que M. Gana accuse de vouloir « s’accaparer de l’association et de nuire à ma personne », en manipulant les handicapés. Revenant sur les accusations portées à son égard, notre interlocuteur qui nous a reçus à la salle des fêtes « El Fourouh » de Djemaâ Saharidj, souligne que la majorité du matériel reçu de la part de ladite association française a été distribué au fur et à mesure sur des handicapés de la daïra de Mekla, mais aussi d’autres recensés à travers d’autres localités de la wilaya. Gana parle de plus de 335 personnes en difficulté motrice à avoir bénéficié du matériel « décharges signées à l’appuis ». Ceci, explique-t-il « lors des différentes manifestations de l’association ». Il cite la journée du 20 août 2009 à Mekla, où « 82 matériels et articles ont été distribués en présence des autorités locales des trois APC, du chef de daïra et de la sûreté de daïra », dira-t-il. Pour le deuxième conteneur, le président de l’association affirme que 65 personnes ont bénéficié de lot lors de la journée du 14 mars 2010 célébrée au niveau du siège de l’assemblée populaire de wilaya en présence des élus et de l’ex président de l’assemblée et du ex wali ainsi que les représentants de plus de 8 associations de wilaya pour personnes invalides. Le 5 juillet de l’année d’après, du matériel contenu dans le troisième conteneur « a été distribué sur une trentaine d’autres handicapés lors d’une cérémonie qui a eu lieu au CEM Si Abdellah de Mekla », dira notre interlocuteur. « Pour le dernier conteneur, nous avons distribué du matériel lors de la célébration des journées nationales, et celles internationales des personnes handicapées en 2012, 2013 et 2014 », expliquera-t-il. Le président de l’association des personnes souffrant de difficultés motrices de la daïra de Mekla souligne, par ailleurs, que « pour ce qui est des personnes qui ont nié avoir reçu du matériel, sont pour la plus part filmés lors des différentes manifestations que nous avons organisé. D’autre ne nécessitent pas d’appareillage vu leur état physique et motrice ». Citant l’exemple de l’handicape mental. Gana Hocine souligne à la même occasion que « le matériel restant, qui était stocké au niveau de la mosquée de Mekla, il a été entièrement récupéré par la direction de l’action sociale (DAS) qui a demandé une expertise pour la fiabilité de ce matériel ». Il ajoute que « ce dernier a été récupéré par la DAS comme il a été reçu et stocké ». Dans un autre registre et toujours pour répondre aux accusations qui lui ont été portées par la présidente de l’association « Elan du cœur », Josée Bouquin, Gana Hocine confirme que des personnes valides de la région de Djemâa, notamment, bénéficient de séances payantes de kinésithérapie au niveau du centre de rééducation de Djemaâ Saharidj. « Des séances de 300 DA qui servent de rémunération au kinésithérapeute », dira-t-il. Il ajoute que le bassin est aussi ouvert aux enfants de la région valides et invalides pendant la saison estivale, où ils se côtoient « en jouant ensemble, sorte de thérapie psychologique pour créer des liens entre eux ». Des séances gratuites pour les enfants souffrants d’handicapes mais payantes pour les autres qui s’acquittent de « 100 DA avec la bénédiction de leur parents et un certificat médical », dira-t-il.                              

D. F.

Partager