Une ancienne fontaine à récupérer

Partager

Depuis quelques semaines, les résidents de la cité dite CNEP «64 logements» de Draâ El-Mizan, dont le comité active bien et compte à son actif de nombreuses actions de volontariat pour le nettoyage et l’embellissement du milieu où ils vivent tout en plantant de nombreux arbres, projettent dernièrement d’installer une fontaine publique dans ce quartier. «Notre but n’est pas uniquement de réaliser une fontaine publique quelconque comme celles qui se vendent actuellement, mais notre souhait est la récupération de cette ancienne fontaine en fonte de l’ère coloniale, démontée après être installée quelque part en ville et se trouvant actuellement au niveau du parc situé près du barrage», nous confie un membre du comité tout en ajoutant qu’il avait eu à contacter un membre de l’exécutif communal qui lui avait carrément signifié qu’il refuserait tout déplacement de cette fontaine, car elle est répertoriée comme étant un patrimoine de la localité. Aussi, notre interlocuteur se refuse à cette idée d’autant plus qu’un patrimoine doit être mis à la disposition de la population alors que, depuis des lustres, cette fontaine se retrouve non pas dans un musée mais jetée n’importe où, sans bénéficier d’une quelconque attention ou protection. «Nous allons frapper à toutes les portes, à commencer par celle du chef de la daïra, pour trouver une suite. Mais il faut que cette fontaine reprenne sa place et sa fonction dans la cité», conclut notre interlocuteur. Par ailleurs, comme nous l’avions rapporté dans nos précédentes éditions, deux nouvelles fontaines ont été érigées sur la route de Frikat, au niveau de la cité «Indépendance». Elles sont alimentées par l’eau d’une source et rendent d’énormes services aux populations locales, notamment les piétons et les résidents de cette grande cité qui n’arrivent pas à s’habituer à l’eau de leurs robinets provenant du barrage de Koudiat assardoune.

Essaid Mouas

Partager