«L'enseignement de tamazight doit se généraliser»

Partager

Cette déclaration a été faite, hier, par la ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghebrit, au chef-lieu de wilaya précitée, après y avoir écouté le constat dressé par la première responsable départementale du secteur. Celle-ci avait relevé que l’apprentissage de la langue amazighe s’est limité jusqu’au jour d’aujourd’hui, à certaines communes de l’Est de Boumerdès, avec un total de huit classes pour le cycle primaire et treize pour le cycle moyen.

Quelques heures auparavant, Nouria Benghebrit avait respectivement mis en service deux lycées de Sud-ouest de la wilaya : l’un à Kharouba et l’autre à Halalmia, près de Boudouaou, avant d’inspecter une cantine d’école primaire dans la même localité.

Salim Haddou

Partager