Terrible accident sur l'autoroute Est-ouest

Partager

Le lieu-dit Ouled Ali, proche du tunnel de Bouzegza, sur le tronçon de l'autoroute Est-ouest dans la commune de Larbaatache, a été, hier, encore une fois, le théâtre d'un terrible accident de la circulation.

Pas moins de quatre (04) décès et huit (08) blessés ont été dénombrés. Parmi les morts, les sources de la protection civile du chef-lieu de wilaya de Boumerdès citent un nourrisson, une doctoresse et le chauffeur d’une ambulance, qui occupaient alors ce véhicule de service venant de l’hôpital de Sétif. La quatrième personne décédée, âgée d’une soixantaine d’années, a-t-on précisé faisait partie des occupants de l’une des deux autres voitures fortement endommagées, avec huit autres blessés au total, lors du même accident routier. Cinq blessés graves ont été évacués vers l’hôpital de Lakhdaria, alors que trois autres ont été transportés d’urgence au pavillon des urgences de l’enceinte hospitalière de Rouiba. Ce drame, survenu hier aux environs de 9 h, serait d&ucirc,; encore une fois, à l’excès de vitesse des automobilistes, qui ne tiennent même pas compte de l’état des routes lors des intempéries, a-t-on commenté. Roulant rapidement à cet instant précis sur une descente proche du tunnel de Bouzegza, le conducteur d’un camion semi-remorque de marque Volvo a, alors, violemment percuté une ambulance immatriculée à Sétif, qui est, elle-même, entrée en collision avec deux autres véhicules touristiques de marque Hyundai et Nissan. La brigade sécuritaire locale avait aussitôt dressé son constat comme préalable à l’ouverture d’une enquête sur cet énième drame de la circulation et en situer les responsabilités. Une enquête judiciaire de même objectif a été ouverte aussi par la brigade de la gendarmerie d’Aomar, à la suite d’un autre accident mortel, ayant eu lieu, dans la matinée d’hier, aussi, au niveau du tronçon de l’autoroute traversant cette localité du Nord-ouest de Bouira. Pas moins de deux autres décès et trois blessés auraient été alors, comptabilisés. Gravement atteintes suite à ce choc violent, les victimes ont été transportées d’urgence vers l’hôpital de Lakhdaria. L’opinion impute ces drames à répétition à certains défauts de conception de nombreuses parties de ladite autoroute. On parle maintenant, dans ces régions proches de la capitale, de points mortels qui s’ajoutent aux anciens points noirs des RN 5 et 12. Profondément inquiets par l’augmentation effrayante de tels accidents meurtriers, avec près d’une quinzaine de morts au bas mot depuis janvier 2016, on souhaite vivement l’installation effective de radars au niveau de certains coins sensibles de ladite autoroute. Ici, les automobilistes qui roulent, souvent, à tombeaux ouverts, ne semblent pas inquiétés, outre mesure, par les services de l’ordre concernés, alors que ceux-ci se redéployent en grand nombre au niveau d’autres axes relativement épargnés par l’hécatombe routière, a-t-on encore commenté.

Salim Haddou

Partager