Les instructions de Yahia Douri aux imams

Partager

Le directeur des affaires religieuses et des waqfs de la wilaya a réuni, mercredi dernier, pas moins de 700 imams, son staff, les inspecteurs du secteur et les coordinateurs de daïras.

Cette rencontre abritée par la mosquée de la nouvelle-ville, a été l’occasion pour M. Yahia Douri, car c’est de lui qu’il s’agit, de mettre en place le programme des activités dans les mosquées durant ce mois de Ramadhan. Si ce premier responsable a insisté tout au début, sur l’importance que doivent donner les imams à l’embellissement de ces lieux de culte avant le début du mois sacré il les a, en revanche, exhortés à faire en sorte à ce que soient respectées toutes les instructions qu’il a résumées en plusieurs points essentiels.

«Le directeur a axé son intervention non seulement sur le comportement que devront avoir ces hommes de culte, mais aussi, sur le choix des personnes qui devront officier dans ces mosquées en donnant des prêches et des communications religieuses durant les veillées ramadanesques peu avant les prières surérogatoires (tarawih).

Il nous a instruits de choisir des intervenants compétents, dont les diplômes dans le domaine religieux sont reconnus. Par ailleurs, il a demandé aux imams de déposer les demandes d’autorisation de ceux qui solliciteront de donner ces communications religieuses avant l’entame du mois», nous a confié M. Ali Naili, coordinateur des imams des mosquées des daïras de Boghni, Draâ El-Mizan et Tizi-Gheniff. Au programme, a ajouté cet interlocuteur, le directeur a exigé de ses représentants à travers tout le territoire de la wilaya, d’organiser des concours culturels à l’intention des apprenants du livre saint, notamment les enfants.

« Les imams devront se rapprocher des autorités locales afin de pouvoir les aider et récompenser les vainqueurs en créant l’esprit de compétition au sein des participants », a ajouté le même interlocuteur.

Selon la même personne, il y a aussi trois directives que devront appliquer les imams. Il s’agit de la sensibilisation sur le don du sang durant ce mois, en collaboration avec les organismes concernés notamment les hôpitaux, le respect strict des horaires de l’appel à l’iftar (rupture du jeûne) et de l’imsak, la lecture de deux hizb du Coran (chapitres) durant les tarawih et, enfin, la sensibilisation de la collecte de la zakat dans les mosquées afin qu’elle soit distribuée deux jours avant l’Aid.

« Personne n’a le droit de faire ce qu’il lui semble dans ces lieux de culte », a conclu notre interlocuteur. En définitive, personne ne doit transgresser cette batterie de mesures pour que ces lieux de culte ne soient pas détournés de leur vocation.

Amar Ouramdane

Partager