Renouvellement des instances de la Chambre d’agriculture

Partager

C’est hier lundi qu’ont débuté les élections pour le renouvellement des instances de la chambre d’agriculture de la wilaya de Bouira. Pour rappel, des premières élections se sont tenues pour le 3 novembre dernier et ont été tout simplement annulées par le Ministre de l’Agriculture après qu’on ait dénoncé un ‘’vice de procédure’’. En effet, au lendemain de ces élections houleuses, des protestataires avaient refusé les résultats émanant des urnes et ce à cause de la non-participation de certains agriculteurs qui n’étaient pas affiliés à des associations à caractère agricole, bien que les statuts de la chambre exigent que les votants soient impérativement des membres desdites associations. Des associations au nombre de 23, toutes à caractères agricoles et représentant 8 filières. Hier matin, c’était aux agriculteurs de voter pour les représentants des filières céréaliculture, maraichage et apiculture avec obligation de se présenter avec leur carte d’agriculteur validée et portant le code de la filière concernée. Aujourd’hui mardi, sont concernés par le vote, les filières oléiculture, élevage bovins et apiculture. Ce seront donc 6 filières qui seront concernées par le renouvellement de leur instance avant l’assemblée générale de demain. Ainsi donc, parmi les 6 producteurs élus, le Ministre de l’Agriculture devra en designer un, pour présider le conseil d’administration de la chambre d’agriculture, en prenant en compte certains critères comme la productivité et l’importance de son exploitation, son niveau d’instruction, mais surtout sa notoriété et sa bonne conduite. Bouira compte 23 associations à caractère agricole et quelques 16.500 agriculteurs sont recensés dans le fichier de la chambre, mais seuls ceux adhérant à des associations agricoles sont concernés par ces élections. A noter que lors des dernières élections de la chambre d’agriculture, malgré la présence du SG de la wilaya et d’un huissier de justice, les résultats avaient été contestés. Hier, c’est le DRAG de Bouira, ainsi qu’un huissier de justice qui étaient présent pour surveiller ce scrutin et veiller à son bon déroulement.

Hafidh B.

Partager