Les habitants d’Aguemoune ferment la mairie

Partager

Plusieurs dizaines de personnes habitant la localité d’Aguemoune, dans la commune d’Aokas, ont procédé, hier, à la fermeture de la mairie. Ils exigeaient le lancement du chantier de réalisation d’un groupe scolaire dans leur localité, projet inscrit il y a un cinq ans de cela. Malgré le dialogue entamé avec la chef de daïra qui a déclaré attendre la décision de dégel de l’ordre de service pour entamer les travaux, les protestataires campent sur leur position en exigeant «l’ouverture du chantier, faute de quoi, l’action de protestation durera un mois s’il le faut». Pour en savoir plus, nous avons questionné les protestataires quant à cette décision d’observer un sit-in d’un mois alors que le début du projet est subordonné au dégel de l’ordre de service. Contre toute attente, la chef de daïra nous coupe la parole pour nous accuser de vouloir polémiquer. Mais depuis quand les questions des journalistes sont-elles synonymes de polémique ? Faisant abstraction de ce quiproquo, nous nous sommes rapprochés de la chargée de communication de la wilaya qui répondra que le wali, soucieux des besoins de la population, surtout le secteur névralgique de l’éducation, a entamé un travail, allant dans le sens de débloquer tous les projets, lequel a donné quelques résultats à l’instar du centre anticancéreux qui a été enlevé de la liste des projets gelés et il en sera de même pour la majorité des autres projets y compris le groupe scolaire du village d’Aguemoune. La chargée de communication dira, aussi, que le wali s’engage à être l’avocat de la population pour dégeler tous les projets et les relancer et il demande aux citoyens d’être patients, le temps de suivre les procédures réglementaires. Pour ce qui est de ce groupe scolaire, réclamé par la population d’Aguemoune, le wali a été destinataire d’une correspondance en janvier dernier envoyée par l’association «Espoir» dudit village et dont nous détenons une copie. Dans leur missive, les rédacteurs semblent comprendre l’austérité prônée par l’état notamment par rapport à la situation économique du pays mais ne comprennent pas le fait que des projets ayant bénéficié de décisions, donc de dépenses dans les études et autres, soient bloqués. Toutefois, à en croire la chargée de communication de la wilaya, le projet de l’école d’Aguemoune sera débloqué.

A Gana.

Partager