L’UNPA réagit

Partager

Le bureau de l’UNPA de la wilaya des Tizi-Ouzou a réagi, hier, aux déclarations des élus destitués de la chambre de l’agriculture de la wilaya, faites lors d’une conférence de presse lundi dernier. «En effet, des élections portant renouvellement des instances délibérantes des chambres d’agricultures ont eu lieu à l’échelle nationale, à des dates décidées par le ministère de l’Agriculture et du développement rural et de la pêche, conformément à ses prérogatives (…) Quinze associations professionnelles sous-signataires ont été écartées par l’administration en charge du contrôle et du suivi constituant un comité présidé par madame Aflihaoui en sa qualité de représentante du wali, et dont l’UNPA est membre», explique-t-on. On précise : «Un recours a été établi dans ce sens au même titre que plusieurs autres wilayas. Huit recours, concernant donc huit chambres de wilaya, avaient été retenus. Six d’entre ces dernières ont été refaites sans tambours ni trompettes dans les délais requis par l’administration compétente». L’UNPA explique que deux wilayas seulement n’ont pas encore refait les élections, Khenchla et Tizi-Ouzou. Concernant la date de tenue de ces nouvelles élections, dans «la transparence», dit-on, avec la participation des associations exclues, c’est une prérogative du wali, «nous attendons donc cette date», affirme-t-on. S’agissant du chiffre communiqué par les élus destitués, à savoir les 720 dossiers d’agriculteurs non validés et 20 autres admis au dispositif d’aides, l’UNPA indique que l’ex-président de la CAW a été reconduit momentanément pour cette mission. Elle dénonce «une fausse alerte» des élus destitués.

Kamela Haddoum.

Partager