Les dernières salves avant le jour «J»

Partager

S. Ait Hamouda

Les dernières salves de la campagne électorale seront tirées dans une poignée de jours. Le RND et le FFS, par leur président et présidium, ont jeté leur dévolu sur Tizi-Ouzou où ils animeront, presque à la même heure, leurs deux meetings. Chacun d’eux défendra les thèses de son parti, chacun trouvera des arguments pour persuader les électeurs de leur donner leurs suffrages. Ces le cas aussi pour les autres candidats, partisans ou indépendants, qui parcourront les cimes enneigées du Djurdjura, pour apporter «la bonne parole» qui rassérène le peuple sur leur bonne foi. Est-ce suffisant ? On le saura le jour «J». Ce que nous montre cette campagne, où tout a été fait, même l’impossible, l’inimaginable, l’impensable comme le marketing de campagne ne laissant «nulle place où la main passe et repasse» faisant de tout ce qui se présente un support à leurs affiches. Bon, c’est passé ! On verra si une fois élus, ils n’oublieront pas leur devoir de faire place nette et nettoieront les murs et le mobilier public. Et aussi s’ils se souviendront de toutes les promesses fourguées, à la en veux-tu en voilà. En tout état de causes, il est clair que la partie se joue dans l’isoloir, mais il n’en demeure pas moins, que ça se joue dans un mouchoir de poche. Plus de cinq partis et indépendants peuvent prétendre, sérieusement, aux suffrages de leurs électeurs. Cependant, il est impératif de ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir abattu, tout le monde, du moins ceux qui vont voter le 23 novembre prochain, savent d’abord pour qui ne pas voter. Rien ne peut être plus décevant pour un potentiel élu à la mairie ou à l’APW que ne pas remporter la mise et se voir exclu par un nombre de voix insuffisant. Qu’à cela ne tienne, il faut être tenace et résister, ça permet au moins de se jauger, pour avoir une idée sur ce qu’on pèse réellement auprès de ses concitoyens…

S. A. H.

Partager