Un jeune de Tizi entame une grève de la faim

Partager

Il s’appelle Karim Softa, il a 35 ans, et il n’a pas l’air de vouloir lâcher prise. Pour dénoncer ce qu’il appelle “une parfaite arnaque”, il s’est lancé depuis samedi dernier dans une grève de la faim dans les halls de… la mairie de Tizi Ouzou.D’après le jeune Softa, cette action est pour lui l’ultime recours pour recouvrer ses droits après un long conflit qui l’a opposé à Mme Kolli Khadra, dite Mouni. A se fier aux propos du gréviste, ce dernier aurait remis à cette dame la somme de 360 millions de centimes pour l’achat d’un appartement et d’un local commercial semi-finis, sis au quartier des Tours-villas à Tizi. “Seulement voilà ajoute notre interlocuteur, cette dame na jamais daigné me faire délivrer un acte de propriété. Le logement n’est à ce jour pas encore régularisé. De plus, deux témoins ont assisté au paiement de la somme indiquée alors que Mme Kolli s’entête à vouloir m’expulser”. Il faut savoir, à cet effet, que ce conflit avait pris à plusieurs reprises des tournures préjudiciables pour les deux parties étant donné que M. Softa et Mme Kolli sont tous deux confrontés à des démêlées judiciaires.Contactées par nos soins, Mme Kolli et sa fille Aziza parlent quant à elles “d’opération de squat”, tout en affirmant qu’elles ont fait l’objet d’incessants harcèlements. Elles considèrent que “Softa n’a aucun droit d’accéder à ce logement du moment qu’il n’a à sa possession aucune pièce légale justifiant l’acquisition de ce bien. De toute manière c’est une affaire qui est entre les mains de la justice et c’est cette dernière qui tranchera en dernier lieu ont-elles conclu”.

Ahmed B.

Partager