Danger sur le village Selloum

Partager

Une fois de plus, les citoyens du village Selloum, par le biais de leur comité des sages, ont tiré la sonnette d’alarme suite à la reprise des mouvements géologiques qui mettent en danger des quartiers entiers.

Des affaissements de terrain ont été enregistrés sur la partie inférieure du village en contrebas de la RN15 au lieu-dit Tala. Un mouvement géologique suivi d’une phénoménale remontée des eaux souterraines au point où les occupants d’une maison mitoyenne du lieu du sinistre, qui a été dangereusement fragilisée, l’ont quittée de nuit de peur d’être ensevelis. L’affaissement en question est aggravé par la proximité du cours d’eau Assif Aghvalou par effet d’érosion. Le deuxième point noir se trouve au niveau du quartier Akhnaq, situé sur la partie centrale du village, sur un terrain fort accidenté qui est aussi ébranlé par un glissement de terrain qui met le quartier en péril. Au quartier Lehlim et Ahriq, en périphérie nord, ou pas moins de cinq maisons ont été entraînées par le même mouvement géologique en 2015, ce phénomène du mouvement de sol a repris suite aux nombreuses averses de pluie d’avril, et menace le reste des habitations. Les membres du comité des sages ont fait état d’un nombre de rapports adressés à toutes les autorités où il a été signalé le danger qui guette ce village sinistré depuis 2014 dont la dernière correspondance en date est celle du 29 avril dernier. Cette correspondance a été adressée à l’APC d’Aghbalou et enregistrée par le service du courrier le 30 du même mois sous le numéro 1086 signalant l’évolution dangereuse de ce mouvement géologique.

Des décisions prises en 2016 mais…

Les mêmes villageois diront qu’une équipe de géologues a été dépêchée sur les lieux en 2016 et qu’une fiche technique des travaux de consolidation et stabilité du sol a été dressée et remise aux autorités concernées. Celles-ci ont décidé de la réalisation d’ouvrages de soutènement pour arrêter ces mouvements de sol et que les travaux ont été confiés à une entreprise qui, selon eux, s’est manifestée l’année passée sur les lieux pour ne plus revenir. Le comité des sages imputent cette catastrophe qui met leur village en péril aux travaux souterrains entrepris le long de la RN15 qui traverse leur village en plein milieu dans le sens nord-sud. Des travaux qui ont consisté en la réalisation de réseaux d’AEP, de l’assainissement, du gaz naturel, ainsi que de la fibre optique. Des ouvrages réalisés au milieu de la chaussée sur un tronçon de 2 km, dont aucune des entreprises qui y ont intervenu n’a procédé à la remise en l’état des lieux. Il est utile de signaler que le dernier projet en date, celui de la fibre optique en l’occurrence, a été réceptionné depuis 2016. Cette route complètement délabrée en ces lieux dont les fossés d’évacuation des eaux pluviale ont disparues, affiche à l’heure actuelle le décor d’un authentique ruisseau. Elle enregistre une accumulation et stagnation des eaux pluviales à l’origine des glissements et affaissements de terrain. À cela s’ajoute le bâclage dans la réalisation du réseau de distribution de l’AEP à l’intérieur du village qui présente de multiples avaries et d’où s’échappent d’importants débits d’eau. Il convient de rappeler que ce tronçon qui cause problème a été inscrit pour une opération de restauration et qu’une enveloppe de 17 milliards de centimes lui a été dégagée depuis 2016 sans que rien ne soit entrepris à ce jour. Aussi, le comité des sages de Selloum lance un appel de détresse à l’adresse des autorités locales pour se pencher sur ce cas où toute négligence prendrait les contours d’une non-assistance à un village en danger. Rappelons que l’ancienne assemblée communale a déclenché le plan ORSEC en hiver 2016 au niveau de ce village durant les fortes tempêtes de pluie et neige qui ont balayées cette région. Rappelons enfin que le village Selloum qui abrite 5 000 âmes est la deuxième importante agglomération sur le plan démographique après Takerboust, chef-lieu de commune. Le village culmine à quelque 700 mètres d’altitude.

Oulaid Soualah

Partager