Filet social : quatre mois sans un sou

Partager

Depuis, maintenant, presque cinq mois, aucun sou n’a été versé aux personnes recrutées dans le cadre du filet social.Pour la majorité de ces travailleurs à 2300 DA par mois, ce maigre pécule constitue leur seule et unique entrée d’argent.“Nous n’avons rien reçu depuis le mois de décembre”, se plaint ce pauvre père de famille de trois enfants qui est obligé de rejoindre son lieu de travail dans un lycée de Draâ El Mizan où il s’occupe du nettoyage des classes. Pour ses déplacements, à partir de son hameau de Sanana, il doit débourser 40 dinars. Au demeurant, toutes ces personnes font le même travail que les autres travailleurs ou fonctionnaires des différents services et institutions, auxquels il sont affectés, mais avec une rémunération indécente qui n’arrive pas le plus souvent à couvrir les besoins élémentaires.“Nous sommes des esclaves, ni plus ni moins”, confient ces deux femmes qui, après deux moi de travail, l’établissement qui les a fait employer n’arrive pas à leur procurer des affectations.”

Essaïd Naït Kaci

Partager