Le FFS maintient son opposition à la création de l’agence foncière

Partager

Le président de l’APW de Tizi Ouzou, Rabah Aissat, a estimé hier, lors d’un point de presse tenu en son siège, que «l’état des lieux sur le foncier présenté par l’administration est loin de refléter la réalité», d’où la «nécessité d’aller au fond du problème» via la création d’une commission d’enquête. L’opposition affichée par le groupe FFS, siégeant à l’APW, contre la création de l’agence foncière, relève de pures considérations politiques. «C’est une question de principe», martèle Aissat, qui s’interroge sur les motivations des autres formations politiques soutenant le principe de l’installation de l’agence foncière de wilaya. “Nous, groupe FFS à l’APW de Tizi Ouzou, sommes surpris par l’intérêt soudain accordé à la création de l’agence foncière, la surenchère et l’acharnement affichés par certaines formations politiques en occultant totalement le débat de fond sur (…) l’état des lieux du foncier”, est-il écrit dans une déclaration remise aux journalistes. Pour le parti de Hocine Ait Ahmed, la vraie question est de savoir «qu’est-ce qui a été dilapidé ? Pour arriver à connaître ce qui reste du foncier à Tizi Ouzou, surtout celui du chef-lieu de la wilaya». Une manière d’accabler les autres partis politiques, notamment ceux qui ont eu, déjà par le passé, à gérer les institutions élues, ce qui sous-entend, les agences foncières communales. Le conférencier qui n’ignore point l’éventuelle implication de certains (ex) élus issus de son parti dans des affaires liées à la dilapidation et/ou détournement du foncier, veut montrer patte blanche pour lui et pour la majorité de ses pairs. Il renvoie, dès lors, la responsabilité du manque d’informations sur l’état des lieux de ce dossier à l’Inspection générale qui «n’a pas présenté son rapport sur les activités des agences foncières communales», avant et après leur dissolution. Rabah Aissat qui s’est exprimé également sur le décret instituant les agences foncières de wilaya, a réitéré l’opposition de son parti à la création de cette institution qui menace de «dépouillement des représentants du peuple de leurs prérogatives». Allusion faite à la composante de cette agence, pour laquelle le wali est désigné, selon l’arrêté, président de son Conseil d’administration et où les élus n’auront qu’une représentation symbolique de quatre élus.«Les élus FFS, jaloux de leur mandat, refusent de se faire hara-kiri, refusent l’exécution du décret Ouyahia mettant le foncier entre les seules mains de l’administration reléguant ainsi les représentants du peuple au second plan», doit-on encore lire dans la déclaration. C’est justement cette forme de relégation au statut des représentations minoritaires au sein de l’agence foncière de wilaya qui a ravivé le courroux du FFS, l’amenant ainsi à contester l’idée de sa création.Il faut signaler, néanmoins, que cette agence foncière à laquelle le parti d’Ait Ahmed s’oppose, a été créée et que Rabah Aissat, en sa qualité de président de l’APW, y figure comme membre du Conseil d’administration. «Même si je ne siège pas dans le Conseil d’administration, par principe politique, cela n’affecte en rien ses travaux», a-t-il déclaré amèrement. Dans un autre cadre, le président de l’APW motive la position de son groupe à l’encontre du décret de création de l’agence foncière par un «principe purement politique». Il estime ainsi que «le contenu de ce décret bafoue les fondements de la pratique démocratique, en ce sens que le document instruit une assemblée élue à délibérer sur une instruction».Ce choix de «principe» adopté par le FFS qui risque, par ailleurs, de mettre fin à l’alliance contractée avec le FLN, l’autre parti majoritaire au sein de l’APW, ne semble pas déstabiliser, outre mesure, M. Aissat à telle enseigne qu’il n’a pas hésité à déclarer : «Si j’ai à choisir entre l’assemblée élue et le FFS, je choisirai mon parti». Comme quoi, la discipline partisane surclasse l’intérêt collectif, même si le président de l’APW se targue d’exiger avec force conviction «la création d’une commission d’enquête qui fera la lumière sur les tenants et aboutissants du foncier de la wilaya»

M.A.T.

Partager