Des étrangers dans les maquis de l’ex-GSPC

Partager

Depuis l’allégeance du GSPC à la machine de mort de Oussama Ben Laden, El-Qaïda, les forces de sécurité, à pied d’œuvre contre les maquis islamistes, ne cessent de confirmer l’information selon laquelle des étrangers sont parmi les terroristes encerclés, notamment en Kabylie. En effet, à Amdjoudh, aux alentours de Maâtkas, les forces combinées de l’ANP qui bouclaient ces maquis depuis des semaines, attestent que  » parmi la trentaine de terroristes encerclés, figures des étrangers « , tenait à indiquer une sources très au fait de la situation qui prévaut en Kabylie. Cette même source a ajouté que ces éléments  » peuvent être des nationalités, libyenne et tunisienne « . Les services de sécurité qui avait mis hors d’état de nuire un terroriste, au cours d’un ratissage ces derniers jours, ont indiqué que cet éléments est de nationalité libyenne. Selon les investigations de ces mêmes services, d’autres élément de différentes nationalités ont rejoint l’ex-GSPC juste après l’annonce de son adhésion à El-Qaïda. Selon des témoignages de la population locale,  » des étrangers à la wilaya ont intensifié leurs déplacements entre la forêt d’Ihasnawen, prés de Tizi Ouzou et celle de At Wanach vers At Dwala  » avaient signalé les riverains de ces régions boisées. La présence d’éléments étrangers dans la wilaya de Tizi Ouzou pourrait avoir un lien pertinent avec la série d’enlèvements qu’a connue la Kabylie ces dernières années, estiment bon nombre d’observateurs de la scène sécuritaire régionale. Selon ces mêmes observateurs, la série d’enlèvements en Kabylie serait l’œuvre de ces terroristes qui sentaient le besoin en financement notamment après l’attaque avortée contre la brigade de Gendarmerie de Yakouren en juillet passé.

Prenant acte de la présence massive de terroristes islamistes dans la région, les services de sécurité, tout corps confondu, ont concocté un plan de sécurité draconien pour le mois sacré afin d’éviter à la population locale les assauts meurtriers des sanguinaires islamistes.

Mohamed Mouloudj

Partager