Le monde associatif pour épauler les assemblées locales

Partager

Après avoir énuméré les différentes réalisations dans la wilaya de Tamanrasset, tous secteurs confondus, avec une enveloppe de 55 milliards de dinars et un budget supplémentaire de 4 milliards de dinars, le ministre d’Etat ministre de l’Intérieur a longuement évoqué la situation sécuritaire et politique du pays.

Interrogé sur la rébellion dans la région du Sahel et qui menace de faire tâche d’huile à toutes les régions, M. Zerhouni a indiqué que l’Algérie n’a pas à s’interférer dans les affaires internes des pays voisins. Allégation faite à propos du Niger et le Mali qui connaissent cette rébellion, et d’ajouter que les Touarègs algériens « n’ont pas à se plaindre avec des programmes de développement lancé dans la région ».

A propos de la situation sécuritaire, le ministre de l’Intérieur a souligné que « les services de sécurité se sont adaptés aux nouvelles méthodes terroristes ». Tout en affirmant que les attentats kamikazes ou à la voiture piégée sont les symptômes d’un terrorisme aux abois, il a indiqué « qu’une mobilisation quotidienne est impérative ». Toujours dans le même ordre d’idées, il a signalé que les radiations de certains élements des rangs de la police ne sont qu’une manière de sensibiliser d’avantage ces éléments sur le danger terroriste. Afin de parer aux éventuels attentats contre les édifices publics, il a révélé qu’un dispositif visuel serait en cours de mise en place et ce depuis une année et demie. « Ce dispositif est un succès indéniable et il est accéléré depuis les attentats du 11 décembre », a-t-il ajouté. « le changement de méthode chez les terroristes entre dans la même problématique sécuritaire et de terrorisme », a répondu le ministre sur la question pourtant sur d’éventuelles changements de méthodes chez les terroristes islamistes. Toujours dans le même sillage, le ministre de l’Intérieur a signalé que depuis 2005, les services de sécurité, police et gendarmerie ont doublé lurs effectifs afin de mieux sécuriser les édifices et les zones sensibles, a-t-il expliqué. A propos du dispositif sécuritaire renforcé lors de la visite du Président au Sud et la fouille systématique de tout citoyen désireux de se rendre dans la ville, il a déclaré que « il y a des précautions à prendre depuis l’attentat kamikaze contre le Président à Batna ».

Apostrophé sur le nombre d’APC bloquées depuis les élections, il a indiqué que seulement 21 communes n’ont pas encore installé leurs exécutifs. Il a ajouté qu’une nouvelle manière de travailler avec les Assemblées locales est engagée, afin, dit-il, « de faire participer la société civile et le monde associatif dans la gestion et les travaux ». Un nouveau programme d’octroi des budgets verra aussi le jour. Le nouveau programme sera tracé sur les cinq ans du mandat. Soit du projet prioritaire au moins prioritaire. Cette dynamique née au sein des Assemblées est, selon le ministre de l’Intérieur, « le fruit de la transparence des élections locales passées », et d’ajouter que l’apport des partis et les élus est d’une grande importance dans la crédibilité des ces Assemblées. « Des programmes incitateurs pour les Associations et la société civile sont recommandés aux Assemblées communales et wilayales », a encore révélé le ministre.

M. Mouloudj

Partager