Au bénéfice de 800 villages

Partager

Le taux de satisfaction à atteint, quant à lui, le seuil des 73% alors qu’il était de l’ordre de 67%. La phase horaire de distribution qui était de 6 heures par jour est passé à 10h par jour.

C’est, en gros, ce qu’on retient en conseil de wilaya tenu hier à Tizi-Ouzou sous la présence du wali, Hocine Mazouz, et en présence de tous les directeurs de l’exécutif. Ce conseil, dont la majeur partie des travaux était consacré au secteur de l’hydraulique, fut l’occasion de dévoiler les importantes avancées qu’a réussies la wilaya en matière d’alimentation en eau potable, d’assainissement, de mobilisation des ressources…etc et de constater, chiffres à l’appuis, que la wilaya a pu réussir du belles prouesses en ce qui concerne l’hydraulique agricole, ainsi que la protection des villes contre les inondations. Les travaux ont été entamés par un exposé, précis et subtil, des programmes de développement en cours.

L’exposé en question, discuté par M. Abbas, le DHW de la wilaya, s’est appuyé sur un programme d’action très ambitieux échelonné à court et moyen termes, et qui consiste en la réalisation de projets neufs et la réalisation des conduites et équipements éléctromécaniques des chemins d’AEP, des stations d’épuration, des retenus collinaires…etc. Pour le programme normal 2008, 65 opérations de l’ordre de 14 644 922,000DA ont été lancées. Une fois les volets financiers et techniques évacués, M. Abbas a enchaîné avec des données chiffres complets sur la situation des ressources propres de la wilaya, c’est-à-dire les barrages et les retenues collinaires. De ces statistiques, il ressort que Tizi-Ouzou s’approvisionnes à 80% de ces sources et qu’elle a donc inversées. La situation en quelques années seulement, elle, qui comptait essentiellement sur ses ressources souterraines se limitaient à Oued Sébour.

Grâce donc aux projets réalisés dans le secteur, la wilaya de Tizi-Ouzou a atteint une potentialité de stockage s’élévent à 1 milliard de m3/ an, et ce, même si le volume actuellement mobilisé est de 189 170 000 m3/an.

Tizi-Ouzou possède également 1032 réservoirs d’un volume de stockage de 275 500 m3

C’est notamment grâce aux barrages de Taksebt, Djebla, Draâ El Mizanz, Aïn Zaouia, Tizi Ghenif et aux retenues collinaires que ces chiffres ont pu être atteints. Des chiffres qui ont été sensiblement améliorés grâce à une meilleure prise en charge des 121 sources situées sur le flanc nord du Djurdjura et dont les estimations s’élèvent à plus de 16 h m3. De là, le DHW a fait un détour sur l’importantissime du barrage de Souk N’Tleta, près de D.B.K. et qui est destiné à renforcer l’AEP des wilayas de Tizi-Ouzou, de Boumerdès et d’Alger.

D’une capacité de 96 h m3, ce barrage couvrira, en compagnie de Taksebt, près de 80% des besoins de la wilaya en eau potable, et ce, en attendant la finalisation du barrage de Koudiet Acerdoun à Bouira, lequel alimentera pas moin de 10 communes situées au sud de Tizi-Ouzou. Dans la foulée, M. Abbas annoncera que pas moins de trois importants barrages font actuellement l’objet de serieuses études par l’Agence nationale des barrages. Il s’agit des barrages de Sidi Khlifa à Azeffoun (47,90 h m3 ), de Bounachi à Aït Khelil (20,50 h m3) et de Zaouia près de Makouda (43,60 h m3). Les études de faisabilité de ces trois projets sont en cours. Quant à l’alimentation en eau potable, les statistiques données par le DHW laissent estimer que la wilaya possède un réseau d’AEP très étendu, car il est constitué de 1798 km en adductions et 2162 km en distributions. Tizi-Ouzou possède également 1032 réservoirs d’un volume de stockage de 275 500 m3, 121 sources, 6 stations de traitement ainsi qu’une station de dessalement. Ces énormes moyens ont permis de réaliser journalièrement 110 litres par habitant, pour un taux de raccordement de 98%. Le reste des travaux du conseil ont été consacrés à l’assainissement, à l’hydraulique agricole et à la préparation de la saison estivale.

Ces volets, comme ceux du recensement de la Population et du programme de soutien au renouveau rural ( P.S.R.R), également débattus dans ce conseil seront traités en détail lors de nos prochaines éditions.

Ahmed Benabi

Partager