Commerçants indélicats

Partager

Au marché hebdomadaire de la ville d’Ighzer Amokrane qui se tient tous les vendredis, les phénomènes les plus insolites vous crèvent les yeux ; les faits les plus incongrus vous sautent à la gorge. Il en est ainsi du commerce de la viande rouge et du poisson, vendus dans des conditions exécrables, à mille lieues des normes sanitaires.

Si les prix donnent le vertige, les comportements donnent la nausée. Poissons sur la rupture de l’indispensable chaîne de froid (au fait, a-t-elle jamais existé ?), les produits carnés sont exposés en plein air, à toute forme d’impureté. “Plutôt mourir que de m’approvisionner chez ces gens-là. Figurez-vous que j’ai aperçu, l’autre jour, un chien en train de se délecter des abats posés à même le sol en les léchant frénétiquement !”, nous rapporte ébahi un citoyen.

Les caisses de poissons sont négligemment posées à l’entrée du marché, où des flaques d’eau aux relents fétides côtoient des amoncellements de détritus. Pour entretenir l’illusion de fraîcheur de leurs produits, les marchands veillent au grain en les aspergeant régulièrement d’eau.

Ces faits dégoulinant d’indécence se déroulent au nez et à la barbe des pouvoirs publics impassibles qui observent le manège du haut de leur piédestal.

Cherchez le respect de la santé du consommateur dans toute cette contrée, vous en serez déçus. Forcément.

N. Maouche

Partager