N’Jeukam et…Yemma Gouraya

Partager

Ainsi donc, la formation de Yemma Gouraya, après une harassante rencontre où son adversaire plus expérimenté ( 2 Coupes d’Algérie à son actif )avait pourtant dominé la majeure partie des 120 minutes, a déjoué tous les pronostics en arrachant le trophée grâce au sang-froid de ses joueurs lors de la série fatidique des tirs au but, surtout du gardien camerounais Njeukam qui a repoussé trois tirs des Tlemceniens.

La première mi-temps a démarré sur les chapeaux de roues.

Les deux formations ont débuté la rencontre sans le traditionnel round d’observation. En effet, cinq minutes ne se sont pas écoulées que le virevoltant ailier du WAT Djalit rater une première occasion d’ouvrir la marque mais son tir ricoche sur le poteau droit du gardien béjaoui.

Une alerte qui secoue les Vert et Rouge puisque Ghazi de son côté a vu son centre-tir sur la droite des bois de Gaouaoui, sauvé in extremis par le défenseur widadi Kheris.

Les hommes de Khezar qui ont opté pour un schéma plus offensif avec trois attaquants de métier (Boukessassa – Ghazi et Belkhir ), ont quelque peu laissé la partie sensible du milieu de terrain à leurs adversaires, mieux organisés dans l’entre jeu et surtout très affûtés sur les couloirs ou le duo Djalit – Deghiche s’est créé une multitudes d’occasions de scorer heureusement, à chaque fois repoussé par un gardien camerounais de la JSMB des grands jours. On peut citer les deux tirs à la 25’ et 27’, de Benmoussa et Djalit respectivement qui ont donné des sueurs froides aux fans de la formation béjaouie même si Belkhir, très remuant en attaque a vu son joli retourné frôler d’un cheveu les filets de Gaouaoui deux minutes plus tard.. Malgré la nette domination des Zianides, ce sont pourtant les gars de Yemma Gouraya qui ont réussi à marquer l’unique but de cette première mi-temps à la 40’. Un but qu’on voit rarement sur nos terrains venu suite à une action d’école après un joli service de Ghazi qui remet le ballon à Belkhir lequel sert idéalement Boukessassa à la finition. De retour des vestiaires, ce sont encore les Tlémceniens qui se ruent à l’attaque, en mettant une pression terrible sur les camarades de Zeghdoud, lesquels à force de vouloir garder leur maigre avantage, laissent étrangement les joueurs du WAT jouer carrément dans leur zone. Ces derniers, qui font un pressing constant n’ont finalement pas tardé à réussir leur objectif puisque suite à une erreur flagrante du gardien de la JSMB, lequel en ratant sa sortie suite à un centre de Deghiche, remet le ballon dans les pieds de Benmoussa qui lobe toute la défense et marquer dans les bois vides(53’).

Une égalisation qui donne des ailes aux Bleu et Blanc qui ont vendangé dans les deux minutes qui suivent trois occasions nettes d’aggraver la marque. Voyant son équipe prise à la gorge, le coach de la JSMB fait rentrer Chaouch à la place de Ghazi en attaque. Un changement qui n’apporte rien, même si par intermittences, les Vert et Rouge ripostent par quelques contres sans aucun danger. Au fil des minutes, les 22 acteurs, donnaient l’impression de marcher tellement ils étaient fatigués, rendant ainsi le match monotone dans son dernier quart d’heure même si Boudjakdji rate la plus nette occasion à 5 minutes de la fin des 90 minutes réglementaires. La prolongation n’a rien apporté de nouveau au tableau d’affichage malgré les deux tentatives très dangereuses du WAT.

Un coup franc de Djalit sur la transversale ( 101’) et un face à face de Dif avec Njeukam ( 105’). Ce dernier a eu le dernier mot lors de la série de tirs au but en arrêtant trois penaltys des Tlemceniens alors que ses coéquipiers n’en ont manqué qu’un seul, celui de Bouchetta tandis que Zeghdoud, Chaouch, et Boukessassa ont réussi leurs sentences devant Gaouaoui.

A.C.

Partager