Un décret portant sur l’implication des parents d’élèves dans la gestion des cantines

Partager

Vu les dépassements enregistrés dernièrement dans la gestion de l’enveloppe réservée aux cantines scolaires, le ministre de l’Education nationale a indiqué qu’un projet de décret portant sur l’implication des parents d’élèves dans la gestion et le contrôle des moyens donnés par l’Etat sera prochainement adopté.

Il a été décidé à cet effet d’installer une commission d’enquête afin de rendre obligatoire la participation des parents d’élèves au contrôle de gestion des établissements scolaires. Même les présidents d’APC sont également appelés à veiller sur la gestion du budget alloué aux cantines scolaires. « Ce décret obligera les directeurs des établissements scolaires d’impliquer pleinement les associations des parents d’élèves dans leur travail », a affirmé le ministre de l’Education nationale lors de son allocution d’ouverture des travaux du séminaire national sur la gestion des cantines scolaires, tenu, hier, au lycée Hassiba Ben Bouali, à Alger. « Nous allons concentrer notre attention pour trouver les mécanismes de gestion et les moyens de contrôle nécessaire pour que cet argent aille dans le bon chemin », a-t-il tenu à préciser.

Evoquant les efforts consentis ces dernières années, en matière de soutien à la scolarité en Algérie, le ministère rappelle que le nombre des cantines scolaires à travers l’ensemble des wilayas est passé de 4 384 en 1999 à 12 319 en 2008. Il prévoit, en outre, la réalisation de plus de 1500 cantines scolaires, cette année. Ceci a permis de faire passer le nombre d’élèves bénéficiaires de 500 000 en 1999 à 2 370 millions bénéficiaires pour cette année, soit « une prise en charge du repas de midi pour plus de 70% des élèves du cycle primaire ».

Cette progression remarquable a été rendue possible grâce à la redynamisation du programme de réalisation des cantines scolaires mais surtout en raison de l’augmentation substantielle des crédits destinés au fonctionnement de ces cantines. Il dira à cet effet que l’enveloppe consacrée aux cantines scolaires est passée de 220 millions de DA en 1999 à 12,4 milliards de DA en 2008.

Par ailleurs, il a indiqué que « les cantines scolaires sont réservées uniquement aux nécessiteux, sauf dans certain cas ou l’état aide les parents d’élèves financièrement en mettant à leur disposition des cantines qu’ils financent par la suite ».

Le premier responsable de l’Education nationale a constaté que « les cantines scolaires influent de manière très positive sur la réduction des déperditions scolaires ».

Rappelant toutefois que ce séminaire qui s’étale sur deux jours (hier et aujourd’hui) vise l’amélioration des cantines scolaires aux différents plans, notamment celui de la gestion administrative, matérielle, financière et éducative, de la qualité de la ration alimentaire, ainsi que la mise en place de nouvelles techniques de gestion.

Lemya Ouchenir

Partager