Rêves et espoir au pied du Djurdjura

Partager

Le président d’APC de la localité, Mouloud Mouloudj, issu de la liste FFS et qui nous a reçus dans son bureau, s’est montré déjà fier de disposer d’un nouveau siège d’APC. “C’est le Smig pour un fonctionnement normal de la municipalité,” indique-t-il.

Celui-ci regrette, toutefois, le fait que l’activité touristique a été freinée par la dégradation de la situation sécuritaire dans la région. “Il y avait toujours une bonne ambiance surtout durant l’été où des tournoi de football étaient organisé au lac Agoulmine et qui regroupaient des centaines de jeunes qui venaient de toutes les régions limitrophes,” nous dira M. Mouloudj.

Il est vrai que même si les Aït Bouaddou recèlent de très hautes potentialités touristiques, elles demeurent à ce jour inexploitées. “Nous souhaitons un regain de l’activité touristique, cela insufflera une réelle dynamique dans la région,” déclare Slimane, un membre d’une association culturelle activant dans la région.

Le gaz de ville… le rêve est permis !

Les citoyens d’Aït Bouaddou continuent de subir le calvaire du manque de certaines commodités nécessaires pour une vie normale. “C’est le cas de le dire pour le gaz puisque la population locale continue à s’approvisionner en gaz butane. Nous avons effectué toutes les démarches nécessaires auprès de Sonelgaz. Les responsables nous ont promis d’inscrire notre commune dans le plan 2009,” nous a indiqué M. Mouloudj. Notre interlocuteur nous fait savoir dans ce sens que la commune d’Aït Bouaddou a bénéficié d’un chasse-neige qui a été livré récemment.

A quand un lycée pour Aït Bouaddou ?

L’une des infrastructures qui manquent terriblement à cette localité est indubitablement un lycée. Les élèves de cette région souffrent de cet état de fait particulièrement ceux qui habitent les hauteurs d’Aït Yiran. “En plus de l’éloignement, l’APC ne dispose pas d’un parc roulant important, nous sommes donc contraints à n’assurer le ramassage scolaire qu’aux filles scolarisées”, ajoute en outre le P/APC d’Aït Bouaddou.

Les 100 locaux bloqués pour manque d’assiete foncières

La contrainte foncière est l’une des principales préocupations de l’executif communal, car cela empêche sérieusement la concrétisation des projets. “Nous voulons faire beaucoup de choses pour cette commune, mais l’absence d’assiette nous oblige à revoir nos ambitions, c’est le cas du projet portant réalisation des 100 locaux commerciaux bloqué en partie pour la même raison”, nous fait savoir M. Mouloudj.

Tout compte fait, on peut constater à travers les réalisations et autres projets en cours que Aït Bouaddou, commence à sortir la tête de l’eau après des années d’agonie qui ont fait mal à la population locale au point de voir apparaître des fléaux sociaux tel le suicide qui a fait des ravages surtout dans les milieux juveniles. Pour M. Mouloudj, l’APC amorce une réelle dynamique de ralance à tous les niveaux : “Nous travaillons en collaboration avec la société civile afin de donner ensemble à la commune son rayonnement. L’espoir est vraiment permis,” conclut le premier magistrat des Aït Bouaddou.

A. Z.

Partager