53 friperies officiellement inscrites au registre du commerce

Partager

La misère sociale engendre des changements dans les habitudes alimentaires et vestimentaires et la création d’une activité nouvelle qui n’est autre que la revente de produits utilisés. Ce nouveau commerce qui prolifère ces derniers temps est appelé communément friperie. Destiné aux petites bourses en priorité, il a inondé le marché de la wilaya de Bgayet pour atteindre officiellement la moyenne d’une boutique par commune ; car selon les services du registre de commerce, il y a quand même cinquante-trois commerçants inscrits sans compter ceux de l’informel. Le phénomène de la friperie qui s’étend de plus en plus, a vu sa naissance depuis une dizaine d’années dans la wilaya de Bgayet, dont les commerçants en la matière ont commencé à s’approvisionner auprès du premier importateur de la wilaya de Bgayet avant de se rabattre sur les autres importateurs implantés à travers le territoire national, notamment dans la région de Sétif, Bordj Bou Arréridj et Alger. Acheminés via la Tunisie sous forme de ballots contenant chacun un type d’articles, les effets vestimentaires sont importés dans leur globalité d’Europe et d’Amérique, les Etats-Unis et le Canada en l’occurrence. Certes, il n’y a qu’une cinquantaine de commerçants inscrits au registre de commerce mais il y a le triple en ce qui concerne les ambulants qui sillonnent les marchés hebdomadaires et surtout, le grand marché de Tazmalt où on trouve de tout, à l’instar d’ailleurs de ceux de Tadjenant et Dubaï à El Eulma. Cette prolifération de ce type de commerce a été, quelque part, bénéfique aux pères de famille qui arrivent à vêtir leurs progénitures, notamment à moindre prix, surtout lors des fêtes ou encore la veille de la rentrée scolaire. “Moi, je me suis bien retrouvé avec la friperie car depuis, j’arrive à acheter aux enfants des habits qui sont pour moi neufs et à un prix raisonnable”, déclare un père de famille rencontré dans un magasin de vente de friperie au niveau du chef-lieu. De son côté, un ancien revendeur nous déclare avoir arrêté l’activité car il considère qu’il y a une concurrence déloyale, du moment que les vendeurs ambulants, forts nombreux, ne sont soumis à aucune taxe, ni impôt alors que les commerces en friperie sont présents dans tout le territoire de la wilaya, chaque marché hebdomadaire à son lot de revendeurs d’articles de friperie dont la majorité ne possède même pas de registres du commerce et ses charges se limitent au paiement des droits de placement de la tente servant de boutique de fortune durant le jour de marché. Voulant avoir une idée sur le côté médical de la chose, du fait que ces vêtements ont été déjà portés, un dermatologue de Bgayet, voulant garder l’anonymat, nous rétorqua qu’il n’a jamais été prouvé que ce genre d’habits soient porteurs de maladies endémiques. Il conseillera plutôt aux gens de porter des habits en coton et d’éviter les synthétiques, qu’ils soient neufs ou de friperie. Quelques soient les difficultés rencontrées par les commerçants ou encore l’impression du déjà utilisés dégagée par ces habits, il y a un fait important qui crée cet engouement du fait que les petites gens se rabattent sur ce type de commerces, qui n’est autre que le prix, lequel est trois fois inférieur au prix du neuf. C’est la raison principale de la prolifération de cette activité.

A. Gana

Partager