Bgayet Réalisation du programme LSP du quinquennat 2010 / 2011 : Les conditions des promoteurs immobiliers privés

Partager

Se voulant plus explicites, les promoteurs immobiliers privés de Bgayet, en plaidant pour une “politique de soutien à la promotion immobilière libre” entendent rendre le logement promotionnel accessible aux bourses moyennes. Cela, détaille-t-on, implique la mise en place d’un taux de crédit bonifié la régularisation des terrains privés après enquête foncière (3000 dossiers de régularisation pendants) et l’approbation du PDAU intercommunal.

Est-ce que les promoteurs immobiliers privés de Bgayet seront-ils mis à contribution pour la réalisation du programme LSP inscrit au titre du plan quinquennal 2010/2011 ? Réponse : Improbable.

La raison réside dans le fait que les promoteurs immobiliers privés de la wilaya de Bgayet conditionnent leur participation audit programme par sa combinaison avec “un programme de promotion immobilière libre”.

C’est-à-dire un programme comprenant une formule qui va, explique-t-on, leur permettre de compenser le prix de vente du logement social participatif.

Se voulant plus explicites, les promoteurs immobiliers privés de Bgayet, en plaidant pour une “politique de soutien à la promotion immobilière libre” entendent rendre le logement promotionnel accessible aux bourses moyennes.

Cela, détaille-t-on, implique la mise en place d’un taux de crédit bonifié la régularisation des terrains privés après enquête foncière (3000 dossiers de régularisation pendants) et l’approbation du PDAU intercommunal.

Donc, le problème de l’inexistence d’assiettes foncières se pose automatiquement à chaque fois qu’il s’agit de construire, théoriquement du moins, des logements destinés aux smicards ! Eternel problème et sempiternel écueil bloquant une fois encore, le programme LSP à Bgayet, du moins jusqu’à maintenant. Et même si des assiettes de terrain sont dégagées, il n’en demeure pas moins que le prix du mètre carré dépassant parfois les cent mille dinars complique davantage l’équation. Preuve en est : le terrain représente 50% du coup global du logement, spéculation aidant. Et, par conséquent, les tarifs pratiqués restent hors de portée des bourses moyennes, c’est-à-dire, les fonctionnaires et autres salariés. Face à cette situation plus que problématique, l’Association des promoteurs immobiliers privés (APIB) tire la sonnette d’alarme. Le spectre, selon cette association, d’une crise dans le secteur de l’immobilier plane d’ores et déjà menaçant du coup, la pérennité de cette activité plus que vitale. Cette remarque a été faite lors d’une rencontre ayant regroupé le 3 octobre dernier, les promoteurs immobiliers privés de Bgayet et quelques directeurs de l’exécutif de wilaya concernés directement par le secteur, à savoir les directeurs de l’urbanisme, l’hydraulique, les domaines, les impôts, la Conservation des forêts, les mines et le directeur de la Sonelgaz. A la faveur de cette réunion, plusieurs problèmes liés au secteur ont été soulevés par les professionnels de l’immobilier de Bgayet, dont, entre autres, les problèmes des branchements aux réseaux divers (AEP ; assainissement, électricité gaz…), le problème des promoteurs immobiliers concernant la vente sur plan des locaux commerciaux et à usage de service, le problème inhérent aux lenteurs dans le traitement des demandes de permis de construire. La prise en charge de ces problèmes par les directions concernées permettra, souligne-t-on, aux promoteurs immobiliers privés de Bgayet de s’impliquer activement, et ce, de concert avec les promoteurs publics, dans la réalisation des différents programmes de logements sociaux et participatifs. Amen !

D. Saïche

Partager