L’eau des citernes encore et toujours à Tamazirt Ourabah

Partager

Les habitants du quartier Ighil Imougual, un petit bourg situé à l’est de Tamazirt Ourabah, relevant de la commune de Mizrana, sont confrontés au problème récurrent de la pénurie d’eau potable, en l’abscence de réseau AEP.

Depuis des lustres, les citoyens demeurent les seuls privés de ce précieux liquide sans que les responsables ne réagissent et daignent se pencher sur ce calvaire. «Depuis que nous nous sommes installés ici, nous ne disposons pas d’eau, nous menons une vie infernale et des plus difficiles», tonne un sexagénaire, avant d’enchaîner : «Je me demande pourquoi tous les responsables à différents nivaux restent indifférents et ne ménagent aucun effort, c’est vraiment inadmissible», clame t-il. Ce dernier nous fait savoir que les concernés ont été interpellés à maintes reprises, plusieurs appels incessants leur sont adressés, mais, hélas, cet épineux problème perdure encore et les habitants continuent de subir les affres de cette pénurie. Ils sont obligés de faire plusieurs centaines de mètres pour puiser un jerrican d’eau potable qui servira pour la cuisine et la boisson, ou de débourser une somme colossale, dépassant les 1000 DA, pour la location d’une citerne d’eau de 2000/ litres pour l’utilisation domestique. Il y a lieu de rappeler que ce hameau est dépourvu de toutes les commodités. A titre illustratif, on constate l’absence du réseau de l’assainissement, une piste non carrossable qui est d’un accès très difficile surtout en période d’hiver et la liste est encore longue. «Il y a moins d’un mois, tomba malade une quinquagénaire. Pour l’évacuer à l’hôpital de proximité de Tigzirt, il fallut la transporter à l’aide d’une civière, car la voiture s’embourbait dans la vase», confie Ahmed, un habitant du hameau.

Mohamed Amrous

Partager