La grève des transporteurs pénalise les voyageurs

Partager

La grève initiée par les transporteurs assurant la liaison Draâ El-Mizan- Tizi-Ouzou pénalise de jour en jour les voyageurs notamment les étudiants et les étudiantes. Depuis samedi dernier, ils ne savent plus à quel saint se vouer. Si ces voyageurs souffrent du manque de transport, les autres qui prennent les autres directions ne sont pas épargnées.

Car, même les fourgons desservant certains villages de la région préfèrent devenir clandestins pour gagner plus en choisissant d’aller sur Tizi-Ouzou. « Certes, ces transporteurs ont le droit de s’opposer à la délocalisation de la gare routière vers un autre lieu, mais il faut quand même qu’ils pensent à leurs clients. Vous voyez nous sommes bloqués ici. Et les clandestins exigent de nous cent dinars au lieu de cinquante dinars seulement. Je vais vous dire qu’à cause de cette grève, il y a des étudiants qui ont raté leurs examens », intervient avec colère un employé qui exerce à la wilaya de Tizi-Ouzou. Dans les autres stations, nous avons rencontré des voyageurs abandonnés par les fourgons de transport. « Au lieu d’assurer la ligne vers Tafoughalt, les voilà courir derrière quelques dinars de plus », ne cesse de répéter ce vieux ayant accompli ses commissions au marché du centre-ville. Tout le monde s’accorde à dire que le transporteur doit tenir son contrat moral avec ses clients. C’est cela qui compte. « Je vous assure si les autres villageois sont d’accord, il y a lieu de boycotter ces transporteurs », ajoute une autre personne. En tout cas, si cette grève continuait à persister, les désagréments seront encore plus nombreux et beaucoup de voyageurs seraient bloqués dans les stations. « Je me demande si ces transporteurs ont un cahier des charges à respecter ou non », veut savoir un étudiant qui tous comme d’autres camarades sont otages de cette grève.

Amar Ouramdane

Partager