Le wali passe outre le visa du ministère de l’Agriculture

Partager

Quelques mois seulement après avoir promis aux habitants de Lota (Souk El Tenine) la réalisation d’un collège d’enseignement moyen tant réclamé le wali de Béjaia procède, lundi après- midi, à la pose de la première pierre de ce projet.

Accompagné d’une importante délégation, Hamou Ahmed Touhami inaugurera le chantier de réalisation d’un CEM base 5 dans la localité de Lota, lequel sera implanté sur une assiette de terrain de quatre hectares et demi dont la nature juridique n’a pas changé officiellement du fait que le dossier de réaffectation est toujours à l’étude au niveau du ministère de l’Agriculture.

D’ailleurs certains citoyens présents sur les lieux se sont inquiétés auprès du wali quant à la situation de ce terrain et ce dernier rétorquera que la distraction se fera quelle que soit le réponse du ministère concerné.

Estimé à 12 milliards deux cents millions de centimes, ce projet dont les délais préliminaires de réalisation ont été prévus sur quatorze mois sera livré dans une dizaine de mois pour permettre aux élèves de le fréquenter dès la rentrée scolaire prochaine.

Réparti en quatre lots dont chacun est pris en charge par une entreprise indépendante, ce futur CEM sera constitué de 13 salles de classe, 02 laboratoires, 01 atelier et 05 logements de fonction et accueillera 450 élèves.

C’est avec une célérité inégalable que le wali a suivi le dossier de réalisation de cette infrastructure scolaire, pour laquelle les habitants de la localité avaient fermé la route nationale n° 9 au début de l’année, contrairement à ses directeurs de l’exécutif qui négligent les projets de leurs départements respectifs ce qui a, d’ailleurs, fait réagir le wali lors du conseil de wilaya qu’il avait tenu dans la matinée de la même journée.

En effet, durant cette rencontre, Hamou Ahmed Touhami s’est emporté contre ses collaborateurs qui seraient selon lui derrière les retards accusés en matière de consommation de crédits. Contrairement à l’année dernière, à fin juillet de l’exercice en cours, seulement quatre milliards sur les quarante deux de dégagés ont été consommés, soit 10,92 % avec un long retard dans les secteurs de la PME et artisanat qui n’est qu’à 0,06 % de consommation et le logement qui tourne autour de 7 % tout en y rajoutant les PCD qui peinent à atteindre les 40 % de consommation. En sommant ses collaborateurs à rattraper les retards avant la fin de l’exercice, le wali menacera de sanctions tout responsable défaillant.

En insistant sur la négligence des responsables, Hamou Ahmed Touhami citera l’anarchie constatée au niveau de la DLEP, la bureaucratie au niveau de la DUC, l’incapacité de la direction des transports à établir un plan de circulation alors qu’elle a attribué en un temps record un demi millier d’autorisations pour les entreprises de transport de voyageurs, la non réalisation du centre d’enfouissement technique de Sidi Boudrahem car la piste devant y mener n’a pas été prévue dans le projet alors qu’elle coûtera à elle seule la bagatelle de 17 milliards de centimes et enfin, il rappellera à l’intention du responsable de l’hydraulique que les dix opérations dont a bénéficié son secteur doivent être réalisées dans les délais.

Celles-ci touchant plusieurs localités sont estimées à 74 milliards de centimes.

A. Gana

Partager