Accueil A la une L’espace commercial Ameyoud ravagé par les flammes

TIZI OUZOU - Un autre site avait subi le même sort mercredi

L’espace commercial Ameyoud ravagé par les flammes

2459

Un grand incendie a ravagé, dans la soirée d’avant-hier, un espace commercial sis au boulevard Ameyoud, dans la nouvelle ville de Tizi Ouzou. L’incendie est le deuxième du genre en l’espace de deux jours seulement. Bien qu’il n’ait pas causé des dégâts humains, le feu, qui s’est déclaré vers 19 heures, a engendré des pertes matérielles très considérables pour les commerçants exerçant au sein du centre commercial. Ces derniers étaient d’ailleurs en état de choc et de panique, a-t-on constaté.

Certains auraient même pénétré à l’intérieur de la bâtisse en feu, pour récupérer leurs marchandises ou récupérer des objets personnels laissés dans les stands, si les services de la sécurité, ayant constitué une ceinture humaine, ne les en avaient pas empêchés. La Protection civile, intervenue en force, a limité les dégâts. Un des agents d’intervention a été incommodé par la fumée et évacué vers le CHU de Tizi Ouzou. Il est sous surveillance mais hors de danger, a informé la Protection civile dans un communiqué.

Selon les informations communiquées par la Protection civile, le centre commercial est d’une superficie de 50/30 m avec une partie surélevée d’environ 20/20 m avec un sous-sol de 15/15m. Il contenait plusieurs stands commerciaux d’habillement, de produits cosmétiques, d’ustensiles de cuisine, d’articles de ménage et textile. Outre ces dégâts, un mur d’un bâtiment mitoyen était noirci par les flammes. La Protection civile a mobilisé de gros moyens pour éteindre le feu qui n’a pas été facile à maîtriser. Une dizaine de camions anti-incendie, trois ambulances et 60 agents d’intervention ont été mobilisés. Les raisons de la catastrophe restent indéterminées bien que certains marchands sur place n’excluent pas «une main criminelle», faisant le rapport avec l’incendie qui s’est déclenché dans une autre foire, il n’y a même pas deux jours de cela.

K. H.