Accueil A la une Neuf morts et 4 portés disparus en mer

CAP DJINET - Emigration clandestine

Neuf morts et 4 portés disparus en mer

494

Plusieurs familles dans la wilaya de Boumerdès ont été endeuillées après la mort de neuf de leurs enfants harraga et la disparition de quatre autres qui avaient tenté de traverser, au péril de leur vie, la Méditerranée pour rejoindre sa rive Nord. A bord d’une embarcation, les jeunes harraga avaient pris le large, mardi dernier, depuis les côtes de Cap Djinet pour rejoindre l’Ile ibérique. Mais leur embarcation n’est pas arrivée à bon port. Elle a fait naufrage à près d’une quinzaine de kilomètres au large de la plage de Cap Djinet.

Certes, l’un des jeunes harraga avait donné l’alerte avec son téléphone portable, mais les secours ont tardé à venir. A signaler que certains d’entre eux ont eu leur salut à l’intervention de marins pêcheurs, lesquels ont remarqué un mouvement inhabituel en haute mer, alors qu’ils étaient en train de pêcher. Il est à noter que six corps de harraga ont été repêchés le même jour, où l’embarcation avait chaviré, alors que deux autres avaient été repêchés le lendemain dans la soirée, au large de Tigzirt, par les maîtres nageurs de la Protection civile et les Garde-côtes.

Aussi, un autre corps avait été repêché dans la soirée de mardi dernier. Ces derniers avaient secouru, selon des sources, cinq harraga, qui se trouvent en surveillance médicale à l’EPH de Dellys. Quatre autres migrants clandestins sont toujours portés disparus et les recherches se poursuivent pour les retrouver. Une chose est sûre, la région d’Ighoumrassen dans la commune des Issers a été durement touchée par ce sinistre. Quatre de ses enfants sont morts dans ce drame survenu à 13.000 miles marins, au large de Cap Djenet.

L’arrivée de leurs corps sans vie a suscité l’émoi et la consternation parmi les villageois et des dizaines de citoyens des quatre coins de la localité ont alors fait le déplacement à Ighoumrassen pour soutenir leurs familles endeuillées. Il convient de rappeler que l’année écoulée, un jeune de 17 ans d’Ighoumrassen avait pris le large, en compagnie d’un groupe de jeunes à partir des côtes de Tigzirt. Quelques heures plus tard, une information circulait sur les réseaux sociaux faisant état du naufrage de leur embarcation.

Certains ont été sauvés, alors que d’autres sont portés disparus, dont le jeune originaire d’Ighoumrassen. D’ailleurs, sa famille est en deuil permanent. Par ailleurs, il faut savoir qu’en février dernier, plusieurs familles de harraga disparus avaient protesté et organisé des marches afin de mettre la pression sur les autorités concernées pour les retrouver, en vain. Elles ont même observé un sit-in devant le ministère des Affaires étrangères suite à une information relayée par un migrant clandestin, selon laquelle leurs enfants seraient emprisonnés dans les geôles tunisiennes. Mais du côté des autorités, c’est le silence radio.

Z. Y.